«Streameuses» harcelées: «Il faut légiférer de façon ambitieuse sur le cyberharcèlement»

© Capture d'écran / Twitch Lixiviatio

Depuis une semaine, une vague de témoignages de « streameuses » déferle sur Twitter. Elles dénoncent le harcèlement qu’elles subissent en masse et le sexisme ambiant d’un milieu profondément masculin, celui du stream et du jeu vidéo. Pour lutter contre ce flot de menaces, certaines appellent à une meilleure modération des plateformes et à des lois plus efficaces, alors que le gouvernement a annoncé réfléchir à des solutions.

« Être "streameuse" sur Twitch ? C’est en même temps la pire et la meilleure expérience de ma vie », affirme Lixiviatio, jeune femme de 26 ans et « streameuse », à RFI. Tout débute avec le ras-le-bol de sa consœur Maghla, le 24 octobre dernier. « Je suis épuisée », écrit-elle dans un thread Twitter, où elle dévoile les actes glaçants perpétrés par ses harceleurs au quotidien : montages photos pornographiques, jeu de rôle sexuel la mettant en scène, menaces, insultes, harcèlement en ligne comme dans la vie…

Son témoignage provoque une réaction en chaîne. De nombreuses « streameuses » se sont à leur tour mises à signaler le cyberharcèlement qu’elles vivent chaque jour. Certaines le dénoncent, témoignent de leur expérience et pointent du doigt le problème depuis des années, mais rien ne change. « Ce harcèlement n’est pas du tout nouveau. Mais si on n’en parle si peu, c’est parce que les gens s’en fichent. Pour beaucoup, c’est de notre faute. C’est l’idée que parce qu’on a choisi de s’exposer, on a le droit de dire ce qu’on veut de nous », abonde Lixiviatio.


Lire la suite sur RFI