Strauss-Kahn et les femmes : les histoires de trop (mis à jour)

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le problème de l'affaire Dominique Strauss-Kahn, c'est qu'elle vient s'ajouter à beaucoup trop de précédents. Les histoires ont d'abord circulé sur le ton de la plaisanterie : DSK, grand séducteur ; DSK, coureur ; DSK et ses avances un peu insistantes auprès des jolies journalistes…

Puis, il y eut le livre « Sexus Politicus », en 2006, le décrivant comme pratiquant un « art de la séduction, qui confine chez lui à l'obsession » et rapportant des informations circulant au sein de la police selon lesquelles « DSK va parfois boire un verre aux Chandelles, un boîte libertine située dans le Ier arrondissement de Paris ».

Pendant des années, cette réputation n'a pas semblé pouvoir entraver de quelque façon que ce soit sa carrière politique. C'est seulement en 2007, à sa nomination au FMI, que la question a été posée publiquement par Jean Quatremer, journaliste à Libération :

« Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France). »

« On a fini par se battre »

En février 2007, une jeune femme, Tristane Banon, journaliste et romancière (et contributrice du nouveau site d'info marqué à droite Atlantico), a pourtant raconté qu'un homme politique avait tenté de la violer – elle a a précisé un an plus tard qu'il s'agissait de DSK.

Sur le plateau de « 93, Faubourg Saint-Honoré », l'émission qu'animait alors Thierry Ardisson sur Paris Première, elle le décrit comme un « chimpanzé en rut ». (Voir la vidéo)

Selon elle, Strauss-Kahn lui a donné rendez-vous afin de préciser une des réponses données lors de l'entretien. Voilà ce qu'elle raconte alors aux convives – Jacques Séguéla, Thierry Saussez, Jean-Michel Aphatie, Roger Hanin, Gérald Dahan, Claude Askolovitch et Hedwige Chevrillon :

« Je suis arrivée devant l'adresse, je me suis garée, je suis montée, c'était un appartement vide, complètement vide, avec un magnétoscope, une (...) Lire la suite sur rue89.com

Inculpé d'agression sexuelle à New York, DSK nie en bloc
Krach-krach : Strauss-Kahn en position délicate au FMI
Est-il choquant de dire que Strauss-Kahn est un dragueur ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles