Les stratégies les plus originales pour se faire recruter

Photo GERALT/PIXABAY/CC

Lukas Yla est lituanien et s’est fait connaître il y a six ans, lorsque, fraîchement arrivé aux États-Unis, son approche pour trouver un emploi dans le marketing est devenue virale. Muni de son CV et d’un lien vers son profil LinkedIn, il se faisait passer pour un livreur et apportait des donuts aux recruteurs, explique le site de la BBC. “Je savais que je devais dépasser les intermédiaires, déposer mon CV sur le bureau d’un décideur et montrer mes compétences en trois secondes : que j’étais créatif et que je pouvais faire bouger les choses. Ces donuts m’ont permis de faire tout cela en même temps”, explique Lukas Yla aujourd’hui. Son audace lui a permis de décrocher plusieurs entretiens, mais les recruteurs restaient méfiants. Il a donc décidé de rendre sa démarche virale sur Internet. De nombreux médias américains comme le magazine Forbes et l’émission Good Morning America ont parlé de lui. Lukas Yla a fini par obtenir trois offres d’embauche.

Il n’est pas le seul à avoir essayé de sortir du lot. En septembre 2022, un demandeur d’emploi a fait parlé de lui, raconte la BBC, en mettant son CV sur un gâteau. D’autres postent des vidéos sur TikTok ou créent des sites web montrant leur CV dans le style d’une page Amazon.

Mais pourquoi se donner tant de mal pour se démarquer ? Parce que la compétition est féroce entre les jeunes diplômés, qui ont souvent des CV très semblables sur le papier, et que les processus d’embauche sont de plus en plus automatisés, ajoute le site britannique. Selon Adam Nicoll, directeur marketing de groupe au cabinet de recrutement et de conseil Randstad, “les CV sont parfois scannés par des machines plutôt que lus par des humains. Les bonnes personnes se trouvent réduites à une série de points et à des profils LinkedIn et peuvent malheureusement être négligées.” Tous les secteurs et tous les postes ne sont pas concernés. Ce type de démarche ne porte véritablement ses fruits que dans les secteurs créatifs, comme les médias sociaux ou encore le marketing. Inutile donc, précise Adam Nicoll, d’y avoir recours si on postule dans un cabinet d’avocats, par exemple. Par ailleurs, cela fonctionne plus facilement dans les petites structures dans lesquelles un message personnalisé a davantage de chance d’atteindre la personne chargée des recrutements.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :