La stratégie économique post-Brexit de Boris Johnson sous le feu des critiques au Royaume-Uni

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Hier, Boris Johnson levé le voile sur le plan économique post-Brexit du Royaume-Uni, plan dans lequel les "hauts salaires" seraient les piliers. Les milieux économiques ont réagi avec scepticisme au lendemain du discours du Premier ministre britannique Boris Johnson, y compris des chefs d'entreprises qui ont voté en faveur du Brexit mais se sentent essorés comme des "éponges" face aux crises actuelles. Dans un discours au ton optimiste prononcé mercredi en clôture du congrès annuel de son Parti conservateur, à Manchester (nord-ouest de l'Angleterre), Boris Johnson a défendu sa stratégie de se passer progressivement d'une main d'oeuvre immigrée bon marché, assurant que c'est ce que souhaitaient les Britanniques qui ont voté pour le Brexit en 2016.

Il a affirmé que le pays se dirigeait "vers une économie à salaires élevés, compétences élevées, productivité élevée et à faible fiscalité", tout en admettant que tout cela "prendrait du temps" et serait "parfois difficile".Mais ce ton confiant ne convainc pas tout à fait les milieux économiques face aux problèmes d'approvisionnement qui frappent le pays, des stations-service aux rayons des supermarchés, largement dus à un manque de chauffeurs routiers, estimé à 100.000 par les professionnels.

De nombreux conducteurs de poids lourds originaires de l'Union européenne sont repartis dans leurs pays d'origine en raison du Brexit et de la pandémie et les règles d'immigration durcies ont découragé certains de revenir.Plusieurs chefs d'entreprises (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Seine-Maritime : des femmes de cantine piquaient la nourriture des enfants
Un professeur de droit dépose 18.000 requêtes contre le pass sanitaire, la CEDH les juge irrecevables
Economie, environnement, emploi... la grand entourloupe des éoliennes
Le sénateur Alain Richard emploie le mot "pays" pour Taïwan, la Chine risque de se mettre en colère !
Hérault : le dealer oublie sa drogue et tout son argent liquide dans sa chambre d'hôtel

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles