Strasbourg : pendant le déconfinement, le Parlement européen devient un centre de dépistage

Cela faisait deux mois qu'il était entièrement vide, sans parlementaires ni présidents de groupes. Mais, depuis le 11 mai au matin, le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), a rouvert ses grilles. À l'entrée, les pompiers ont remplacé les files de taxis. Ils sont chargés d'accueillir les patients venus se faire dépister au Covid-19. Parmi eux se trouve Sophie Lemoine, aide-soignante. Le Parlement européen mis à disposition jusqu'à fin juillet, au moins Le dépistage n'est possible que sur ordonnance. Si le test PCR est négatif, l'aide-soignante pourra reprendre son activité auprès des patients. "C'est ma crainte : savoir que je puisse être porteuse envers des gens que je suis censée soigner", confie Sophie Lemoine. Ici, seuls les asymptomatiques ou les cas contacts se font dépister : une filière indispensable en temps de déconfinement. Le bâtiment vide a été mis à disposition gratuitement par l'institution, au moins jusqu'à la fin du mois de juillet.