Strasbourg : l'ancien archevêque reconnaît « des gestes déplacés » sur une majeure, une enquête pénale ouverte

© SAUTIER PHILIPPE/SIPA

L'Église de nouveau dans la tourmente. Mgr Jean‐Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg entre 2007 et 2017, a reconnu mercredi dans un communiqué avoir eu « des gestes déplacés » envers « une jeune femme majeure » dans les années 1980. Des faits qui ont été signalés en janvier dernier au parquet de Strasbourg par l'actuel archevêque de la ville, Mgr Luc Ravel. « Une enquête pénale confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Strasbourg est toujours en cours », a expliqué la procureure, Yolande Renzi, dans un communiqué relayé par l'AFP. Communiqué, qui n'indique pas si l'archevêque émérite de Strasbourg a été entendu.

Des faits qui remontent à 1985

En plus de la justice pénale, la Conférence des évêques de France (CEF) a indiqué avoir ouvert « une enquête canonique  » et avoir effectué « un signalement à la justice civile ».

Lire aussi - Abus sexuels dans l’Église catholique : le Vatican va enquêter sur le cardinal Ricard

Ces faits remontent « à l'automne 1985 alors qu'il était prêtre », a indiqué dans un communiqué séparé Mgr Luc Ravel, qui a succédé en février 2017 à Mgr Jean‐Pierre Grallet. Ils « ont été portés à ma connaissance par la personne victime en décembre 2021. J'ai procédé à un signalement auprès de la procureure de la République de Strasbourg en janvier 2022. Les autorités romaines ont, elles aussi, été saisies », poursuit Mgr Luc Ravel.

La nature des faits encore inconnue

Mais pour le moment, la nature exacte des faits pas plus que le ou les li...


Lire la suite sur LeJDD