Strasbourg : Jean-Marc Reiser jugé à partir de lundi pour l’assassinat de Sophie Le Tan

© AFP

Le 7 septembre 2018, une étudiante strasbourgeoise, Sophie Le Tan, disparaissait le jour de ses 20 ans . Elle avait visité ce jour-là, près de Strasbourg, un appartement repéré sur le site Leboncoin, qui appartenait à Jean-Marc Reiser. Plus d’un an après, son corps était découvert, découpé en morceau, dans une forêt de la région. Le procès de son assassin présumé s’ouvre ce lundi aux assises de Strasbourg et jusqu’au 5 juillet. La Justice considère que Jean-Marc Reiser a prémédité son crime, ce qu’il nie.

"Le but initial n’était pas de tuer" selon la défense

Après avoir farouchement nié toute implication dans la mort de Sophie Le Tan, Jean-Marc Reiser finit par avouer le meurtre au bout de deux ans et demi. Mais il nie toute préméditation. "Ce sera l’enjeu de ce procès" estime Pierre Giuriato, l’un de ses avocats. "Le but initial n’était pas de tuer", selon lui. "Les émotions de Jean-Marc Reiser ont pris le dessus suite à ce que je qualifierais d’un rejet de la part de Sophie, qui a en tout cas été interprété comme tel par lui".

Les avocats de la défense vont donc solliciter une requalification des faits en "coups mortels et violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

"Jean-Marc Reiser n’a cessé de mentir depuis le départ"

Pour la famille de Sophie Le Tan, il n’y a pas de doute : Jean-Marc Reiser a tout planifié, a piégé la jeune fille en l’attirant dans son appartement. "Il n’a cessé, depuis le départ, de mentir", rappelle Gérard Welzer, l’avocat des parties...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles