Strasbourg: des dizaines de manifestants kurdes s'introduisent dans un bâtiment du Conseil de l'Europe

H.G.
·2 min de lecture
L'Agora du Conseil de l'Europe à Strasbourg - Capture d'écran - Google Street View
L'Agora du Conseil de l'Europe à Strasbourg - Capture d'écran - Google Street View

Plusieurs dizaines de manifestants kurdes ont brièvement pénétré sur le parvis d'un bâtiment du Conseil de l'Europe lundi en début d'après-midi, pour réclamer la libération du leader kurde Abdullah Öcalan, et ont été délogés par la police, selon une information obtenue auprès de l'organisation internationale de défense des droits humains.

"Aucun dégât n'a été commis"

De trente à quarante partisans du chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont réussi à passer au-dessus des barrières du bâtiment Agora du Conseil de l'Europe (fermé en ce jour férié), a indiqué le directeur de la communication du Conseil de l'Europe, Daniel Höltgen, confirmant une information des Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA).

Aucun dégât n'a été commis, a-t-il précisé, remerciant la police "pour avoir -- une fois encore -- rapidement mis fin à une violente intrusion de manifestants du PKK sur la propriété du Conseil de l'Europe".

Les manifestants ont posé devant les portes du bâtiment en tendant des portraits d'Abdullah Öcalan, selon une image diffusée sur Twitter par Daniel Höltgen.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le chef historique du PKK détenu depuis 1999

Selon les DNA, les forces de l'ordre les ont délogés faisant usage de gaz lacrymogène A 15h, le calme était entièrement revenu autour du Conseil de l'Europe, a constaté une journaliste de l'AFP.

Figure de la rébellion kurde en Turquie, Abdullah Öcalan, 72 ans, a été capturé le 15 février 1999, puis condamné à mort le 29 juin 1999 pour trahison et tentative de diviser le pays. Sa condamnation a toutefois été commuée en 2002 en réclusion à perpétuité après l'abolition de la peine de mort. Quelques-uns de ses partisans se postent chaque jour à proximité du Conseil de l'Europe pour réclamer sa libération.

En février 2019, des militants kurdes s'étaient déjà introduits sur le parvis de l'Agora, qui abrite notamment le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT), l'un des organes du Conseil de l'Europe. Le visage masqué, ils avaient lancé des pétards et des pierres vers les vitres du bâtiment et dix-sept d'entre eux avaient ensuite été condamnés à des peines de prison pour ces dégradations.

Article original publié sur BFMTV.com