A Strasbourg, le dernier vidéoclub d'Alsace résiste encore et toujours à l'envahisseur numérique en ligne

Jean-François Lixon

L'époque n'est pas si lointaine. Dans les grandes villes, il était impossible de se promener dix minutes sans tomber sur un vidéoclub. En 1990, les Français louaient 25 millions de vidéos chaque année. La VHS a été éradiquée au profit du DVD et du BluRay.

Entre 2004 et 2010 presque tous les vidéoclubs ont fermé en France


Et puis le téléchargement est passé par là, légal ou non, et enfin les plateformes de vidéo à la demande ont porté un coup fatal à l'activité. Entre 2004 et 2010 presque tous les vidéoclubs ont fermé en France. Il n'en reste souvent plus aucun dans les villes moyennes... Les réseaux ont disparu ou ont adapté leur activité au téléchargement légal, et quand il reste un vidéoclub, il s'agit souvent d'un indépendant.

C'est le cas à Strasbourg. "Les petites fugues" occupe un modeste local commercial dans le quartier autrefois populaire mais plutôt bobo désormais de la Krutenau. Sur les étagères, trois mille DVD dans tous les styles ou presque, ici pas de pornographie.

L'image est de qualité, il y a les bonus en plus .../... ça permet aussi d'écouter les commentaires audio des réalisateurs sur les DVD, ce qu'on n'a pas en Streaming.

un habitué du vidéoclub strasbourgeois


Parmi les habitués, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi