Strasbourg : Qui se cache derrière le groupe Funkindustry, qui fait danser l'Asie ?

·2 min de lecture

MUSIQUE - Le groupe alsacien est très écouté par les amateurs de « locking », un type de danse funk, proche du hip-hop

C’est l’histoire d’un mail qui a tout changé. Ou presque. Jusqu’à l’été 2020, le groupe strasbourgeois Funkindustry ignorait tout de son succès hors d’ Alsace. Et puis… « On s’est fait contacter en août par un professeur de danse d’Osaka, au Japon, qui souhaitait utiliser un de nos morceaux », se souvient Nathan, le guitariste-chanteur du sextuor. « Je le remercie encore car sans lui, on ne serait rendu compte de rien ! »

De ce véritable phénomène autour de leur titre « Do It », devenu un classique des amateurs de « locking », un type de danse funk. « Ça ressemble un peu à du hip-hop et c’est très pratiqué en Asie », détaille François-Xavier, le claviériste de l’ensemble, encore surpris par cet écho inattendu et assez inexpliqué. « On sait que ce sont des influenceurs Instagram qui ont partagé leurs vidéos de locking sur notre morceau et que ça a pris comme ça. Après, on pense qu’ils sont tombés dessus en tapant sur une plate-forme de streaming "funk", c’est assez proche de Funkindustry. »

Un clip avec 65 danseurs sud-coréens et japonais

Depuis cette révélation, une idylle est née entre le groupe et cette partie du monde. Au point que le nouvel et deuxième album, éponyme au nom du sextuor et qui sort ce vendredi, intègre un featuring avec un rappeur japonais et(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Adele sortira son nouvel album « 30 » le 19 novembre
« Validé » sur Canal+ : Laetitia Kerfa est LAlpha et l'oméga de la saison 2
« Le costume de journaliste était trop grand pour moi », confie l’humoriste Thomas VDB, auteur de « Comedian rhapsodie »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles