StopCovid: Mélenchon demande aux utilisateurs d'effacer son numéro

Paul Guyonnet
·2 min de lecture
À la tribune de l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon s'est dit opposé à l'idée de l'application de tracking
À la tribune de l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon s'est dit opposé à l'idée de l'application de tracking

CORONAVIRUS - “Alors moi, je ne prendrai pas l’application covid-19...” Ce mercredi 27 mai se déroulait l’une des passes d’armes politiques les plus attendues depuis le début de l’épidémie de coronavirus: le débat à l’Assemblée nationale puis au Sénat sur le dispositif de trackingStopCovid”. 

Une application mobile souhaitée par le gouvernement pour identifier aisément ceux qui pourraient avoir été en contact avec un porteur du virus covid-19, et contre laquelle s’est insurgée Jean-Luc Mélenchon, le chef de file de La France insoumise. 

“Je fais partie de ceux qui ne veulent pas qu’on sache près de qui j’étais à moins d’un mètre pendant plus d’un quart d’heure. Je ne veux pas!”, a-t-il clamé avec véhémence. “Un quart d’heure et moins d’un mètre, c’est le temps d’un baiser...” 

Dénonçant les manquements en matière de respect de la vie privée et les libertés prises par le gouvernement, le député des Bouches-du-Rhône s’est longuement exprimé au sujet des risques représentés selon lui par l’outil numérique. “Après avoir jugulé un danger, le covid-19, on pourra en juguler d’autres”, a-t-il par exemple lancé, manière de dire qu’une menace évoquée comme évidente par le gouvernement aujourd’hui ne le sera peut-être pas tout autant dans quelques mois ou années. 

Et de donner par conséquent un conseil à ceux qui l’entendraient: “Je bénéficie de ce privilège d’être à la tribune pour dire à tous ceux qui m’ont dans leur annuaire, leur agenda, leurs contacts: retirez mon nom immédiatement de leurs téléphones si jamais ils prennent pour eux l’application.” 

Une intervention que Jean-Luc Mélenchon a conclue par une citation du philosophe André...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post