Stop. Pesticides : les États-Unis bannissent le chlorpyrifos

·1 min de lecture

Suspecté de causer des dommages neurologiques, notamment chez les enfants, l’insecticide est désormais interdit par l’Agence de protection de l’environnement dans les cultures alimentaires. L’achèvement d’un combat de plus d’une décennie, relate le Washington Post.

Les États-Unis disent adieu au chlorpyrifos, après un demi-siècle d’utilisation. “L’Agence de protection de l’environnement [EPA] va interdire l’utilisation d’un pesticide largement appliqué sur les cultures pour l’alimentation humaine mais lié à des dommages neurologiques chez les enfants”, écrit le Washington Post.

À lire aussi: Décharge. Des milliers de barils d’insecticide reposent au large des côtes californiennes

Un grand nombre d’études soulignaient que la substance, utilisée dans les cultures de soja, de noix ou encore de fruits, causait des problèmes de santé en cas d’ingestion ou d’inhalation, notamment chez les enfants.

Un combat de dix ans et demi

Michal Freedhoff, responsable de la sécurité chimique et de la prévention de la pollution à l’EPA, déclare au quotidien américain :

Cette décision intervient après plus d’une décennie de travaux scientifiques au cours desquels il est apparu assez clairement que des effets potentiels sur le développement neurologique des enfants étaient observés avec des niveaux [de résidus de produits] inférieurs à ce que l’on pensait auparavant.”

L’interdiction décidée par l’EPA “marque l’aboutissement d’un combat de dix ans et demi”, note le Washington Post. Il faut dire que l’administrateur de l’agence est directement nommé par le président des États-Unis.

Le débat sur le chlorpyrifos débute en 2007, lorsque des associations de défense de l’environnement lancent une pétition contre son utilisation. En

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles