"Une stigmatisation inacceptable": plusieurs plaintes déposées contre Macron après ses propos sur les non-vaccinés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Emmanuel Macron
    Emmanuel Macron
    25e président de la République française
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Budapest le 13 décembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Budapest le 13 décembre 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Ils partagent tous le même point de vue. Emmanuel Macron est allé trop loin en qualifiant d'"irresponsables" les non-vaccinés. "Un irresponsable n'est plus un citoyen", selon les mots du président de la République qui avaient provoqué une vive polémique en plein examen, par l'Assemblée nationale, du texte sur le pass vaccinal. Pour montrer la "colère" qu'ils ont ressentie, plusieurs Français ont récemment déposé plainte à l'encontre du chef de l'Etat.

José Mercier s'est senti "stigmatisé" par les propos d'Emmanuel Macron. Le maire sans étiquette de Bovel, en Ille-et-Vilaine, a porté plainte ce mardi pour "injure, atteinte à l’honneur, diffamation, discrimination et stigmatisation". "Ce n'est pas une plainte symbolique, mais une plainte réelle, même si je sais pertinemment que le président de la République est protégé par une immunité, explique à BFMTV.com l'élu qui exerce son sixième mandat. Ma démarche est totalement apolitique, ma plainte est à titre personnel."

"C'est inacceptable"

Lui n'est pas vacciné, un choix personnel. "Il y a une atteinte à mon honneur dans les propos d'Emmanuel Macron, comme si on était les seuls propagateurs du virus. La violence politique se traduit toujours par la recherche de boucs émissaires", insiste-t-il.

"Stigmatiser un groupe de personnes lorsque ces personnes se conforment à la loi, c'est inacceptable", poursuit-il.

Ce qui insurge José Mercier dans les paroles du président, c'est que lui respecte le choix de ceux qui se sont fait vacciner. L'élu en veut pour preuve la mise à disposition de locaux municipaux pour organiser des créneaux de vaccination contre le covid pour les quelque 600 habitants de sa commune.

876450610001_6290659699001

"Citoyen à part entière"

Guillaume Galiana, alias Guillo, lui aussi rejette cet "amalgame" entre non-vaccinés et anti-vax. Cet artiste landais, en "colère à la lecture de l'interview" du président, a lui aussi porté plainte contre Emmanuel Macron. "Je ne suis pas irresponsable, je respecte le choix de ceux qui se vaccinent, plaide-t-il. Avec cette plainte, je souhaite m'attaquer à cette autorité qui nous fait encore plus de mal. Nous avons besoin de dirigeants qui encouragent les gens, pas qui nous pointent du doigt."

Lui assure être "un citoyen à part entière". "Je suis père de famille, je paie mes impôts, je défends la culture, cite-t-il. Je ne suis pas vacciné, je me sens préservé, mais je suis heurté quand on me désigne, surtout quand il s'agit d'une manoeuvre politique. Je suis pour l'honnêteté intellectuelle." Guillaume Galiana a porté plainte pour "discrimination, diffamation et menace publique par personne ayant autorité". Une plainte qu'il sait "symbolique", tant le président est protégé par son immunité.

La semaine dernière, Didier Lalande, un retraité de 63 ans habitant de Rosiers-d'Egletons en Corrèze, a porté plainte lui-aussi contre Emmanuel Macron. "On m'impose des contraintes que je respecte", mais "je trouve cela insupportable de remettre en cause la citoyenneté des non-vaccinés", déclarait-il pour justifier sa démarche.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles