Stellantis prend tout le monde de court en s’associant à un constructeur chinois de voitures électriques

Le groupe automobile européen (Stellantis), pourtant le plus réfractaire à l’arrivée massive des véhicules électriques chinois, vient d’annoncer s’être associé à l’un d’entre eux : Leapmotor. Cela va forcément faire couler beaucoup d’encre.

Carlos Tavares, le patron du groupe Stellantis – comptant 14 marques automobiles dont Peugeot, Citroën, Fiat, Jeep, etc. – tient depuis plusieurs années des discours assez offensifs concernant la menace des constructeurs chinois en Europe. Alors que les autres dirigeants de groupe européens ont toujours avancé avec prudence sur le sujet, Carlos Tavares a toujours maintenu une certaine défiance, accusant les constructeurs chinois d’être une concurrence déloyale sur le marché international. Cela n’empêche pas le groupe Franco-italo-américain Stellantis d’annoncer ce 26 octobre avoir signé un partenariat d’ampleur avec le constructeur chinois Leapmotor.

Repris par Le Figaro, Carlos Tavares a justifié le partenariat ainsi : « L’offensive chinoise a déjà commencé, et nous ne voulons pas en être une victime, mais un leader ». Un retournement de situation qui ne manque pas d’ironie. Des rumeurs sur le sujet se faisaient de plus en plus insistantes, mais il était difficile de savoir ce que le groupe cherchait chez les constructeurs chinois. On en sait plus avec l’accord officialisé ce jour.

Aider Leapmotor à s’installer en Europe

Carlos Tavares va donc se retrouver à aider le chinois Leapmotor à se développer en Europe et à l’international.

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Carlos Tavares au Mondial de Paris 2022 // Source : Extrait video TF1