Stefano Gabbana: «Braquons les projecteurs sur nos artisans»

Faure, Emilie
Stefano Gabbana (à gauche) et Domenico Dolce valorisent l’artisanat italien dans leurs défilés / Dolce & Gabbana

Sollicités par Le Figaro, les grands noms du luxe transalpin, particulièrement impliqués dans la vie de leur pays, s’expriment aujourd’hui sur la crise qu’ils traversent pour partager leurs combats et leurs espoirs.

Les Dolce & Gabbana ont été parmi les premiers designers transalpins à soutenir la recherche, mi-février, via un projet avec l’hôpital universitaire Humanitas de Milan. Sans jamais oublier les artisans qui font le sel de la mode italienne au travers de #DGfattoincasa, une série de tutos sur les réseaux sociaux célébrant le travail des petites mains. Stefano Gabbana et Domenico Dolce, Italiens et fiers de l’être, ne s’arrêtent jamais. Leur traditionnel Alta Moda, trois jours de défilés grand luxe à destination de leurs meilleurs clients,se tiendra cette fois, sur le Net du 2 au 4 juillet, faute de pouvoir inviter les VIP sur leurs terres. Mais leur collection homme, programmée le 15 juillet prochain à Milan, aura lieu devant un parterre d’invités en chair et en os. Idem début septembre, à Florence. Un signal fort.

LE FIGARO. - Vous venez de réintégrer la Camera della Moda, l’équivalent de notre fédération de la mode, après vingt ans de défilés en cavalier seul. Pourquoi?

Stefano GABBANA. - Parce que nous devons faire corps. Être unis. Nous sommes tous sous le même drapeau. Il y a vingt ans, nous avons quitté la Camera pour des raisons de calendrier dont je ne me souviens plus et qui n’ont aucune importance. Aujourd’hui, nous, créateurs, nous efforçons de travailler main dans la main, même si ce n’est pas dans notre tempérament! En Italie, c’est chacun pour soi, et chacun avec la conviction d’être le meilleur. C’est un mal pour un bien:
ce trait de caractère nous pousse à nous surpasser. Ainsi, nos artisans sont talentueux, nos cuisiniers, extraordinaires, et notre mode, géniale. L’Italie est le pays de tous les possibles, de l’excellence,le «made in Italy», un gage de qualité reconnu dans le monde entier.

Alors que les Fashion Weeks se déroulent (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Donatella Versace: «Un post Instagram ne suffit plus, il faut des actes»
Remo Ruffini: «Nous devons désapprendre ce que nous avons appris»
Diego Della Valle: «En cette période dramatique, le public s’est sensibilisé à ce qui peut améliorer sa qualité de vie»
Alessandro Sartori: «Le confinement, tant d’un côté esthétique que responsable, influencera les collections»
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro