Le statut de mère se lit dans les os des primates

NICK VEASEY / SCIENCE PHOTO LIBRAR / NVY / Science Photo Library via AFP

Les mères ont des os moins concentrés en magnésium, calcium et phosphore que les autres femelles primates, conclut une étude. Des résultats qui aideront les recherches anthropologiques, mais aussi la médecine légale.

Chez les femelles primates, dont les humains font partie, la composition du squelette est significativement modifiée après avoir donné naissance, conclut une étude publiée dans la revue PLoS. Une modification précieuse pour les anthropologues qui espèrent lire la vie de nos ancêtres dans les fragments de leurs os.

La vie reproductive très particulière des humains

Nous ne savons pratiquement rien de la reproduction et de la ménopause chez nos ancêtres éteints, les homininés”, explique à Sciences et Avenir la chercheuse Paola Cerrito, première autrice de ces nouveaux travaux. Nous humains avons en effet une vie reproductive très particulière. Nous sommes ainsi les seuls primates à disposer d’un intervalle entre les naissances très rapproché, et les seuls mammifères à vivre aussi longtemps après qu'il ne nous est plus possible de procréer. “Nos intervalles inter-nataux moyens sont de 3 ans dans les populations de chasseurs-cueilleurs, alors que pour un mammifère de notre taille, on s'attendrait à quelque chose comme 6 ans, les chimpanzés étant à 5 ans environ”, détaille la scientifique. Quant à la durée de vie post-ménopause, elle n’existe que chez cinq mammifères, dont quatre cétacés et nous. “Afin de comprendre comment et quand cette évolution s'est produite, nous devons développer des méthodes qui nous permettent de la déduire à partir des seuls vestiges de nos ancêtres disparus : le squelette !”, conclut la chercheuse.

Nos squelettes sont des organes dynamiques

Car les squelettes ne sont pas aussi immuables qu’ils y paraissent. “Le squelette n'est pas un organe statique, mais dynamique qui change avec les événements de la vie”, explique Paola Cerrito. L'os lamellaire, qui représente 80 à 90% du tissu osseux de l’organisme, est constitué d’une superposition de lamelles apparaissant de façon concentrique et à un rythme constant tout au long de la vie de l’individu. A la manière des cernes de croissance d’un arbre, ces lamelles “enregistrent” de nombreuses étapes[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi