Statut de la Corse : «Aucun tabou» pour Darmanin, qui donne le coup d'envoi des discussions

À présent, quel avenir pour la Corse ? C'est sur ce thème que Gérald Darmanin et les élus de l'Île de Beauté se sont réunis jeudi. Le ministre de l'Intérieur a en effet donné le coup d'envoi d'un cycle de huit réunions sur l'avenir, y compris institutionnel , de la Corse, avec une délégation de 20 élus de l'île venus à Paris. Cette première réunion du Comité stratégique sur l'avenir de la Corse, mis en place après le meurtre en prison du militant indépendantiste corse et assassin du préfet Erignac Yvan Colonna, a fixé un calendrier et un programme de travail.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Il y avait une convergence sur cet agenda et sur ces thèmes. C'est déjà très important. Un gouvernement qui a rappelé que c'est la ligne rouge, c'est évidemment la Corse sans la République et pas deux types de citoyens sur le sol de la République, mais que sinon, évidemment, aucun tabou n'était à écarter", a assuré le ministre de l'Intérieur.

L'ouverture des discussions saluée par Simeoni

Et à la sortie de cette réunion, Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, a salué l'ouverture de ces discussions sur l'avenir de l'île. "La question institutionnelle ne peut pas être distinguée des questions économiques, sociales, culturelles. Les avancées institutionnelles et le statut d'autonomie que nous appelons de nos vœux sont aussi, à notre avis, la réponse la plus efficace pour traiter l'ensemble des problématiques corses", a-t-il réagi.

>> LIRE A...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles