Non, la statue de Jeanne d'Arc du 1er arrondissement n'a pas été vandalisée

Jade Toussay

PARIS - La statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramide à Paris, a-t-elle été la cible d’un acte de vandalisme? Ce lundi 24 juin, plusieurs figures d’extrême droite dont Jean-Marie Le Pen sont montées au créneau... à tort, comme l’a affirmé la Direction Régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France au HuffPost. 

L’information a été relayée par plusieurs blogs et sites catholiques radicaux et d’extrême droite dont Valeurs actuelles et le journal Présent: La statue de Jeanne d’Arc sur la place des Pyramides dans le 1er arrondissement de la capitale aurait été vandalisée “dans la nuit du 23 au 24 juin” et son étendard “brisé”. Des photos montrent en effet la statue privée de son drapeau.

Sauf que... la statue n’a pas été dégradée.

Contactée par nos soins, la Direction Régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France (DRAC) nous indique que l’étendard “menaçait de tomber” et a été retiré. Il est actuellement “en restauration” et sera remis “dans les meilleurs délais”. Selon une autre source à la DRAC citée par le service de fact-cheking de l’AFP, le drapeau se serait fissuré à cause du vent.

“Il ne s’agit en aucune façon de dégradation ou d’acte délibéré d’un tiers, l’étendard est en restauration en atelier spécialisé, car il menaçait de tomber, il sera replacé dans les meilleurs délais” a confirmé Serge Brentrup, chef des architectes des bâtiments de France de Paris. 

La statue de la pucelle d’Orléans à Paris fut longtemps un symbole de ralliement pour l’(ex) Front National, Jean-Marie Le Pen s’y rendant traditionnellement pour son discours du 1er mai.

La disparition de l’étendard a donc immédiatement été qualifié d’“attentat” et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post