Stations de ski sans remontées : "Nous avions un accord avec le Premier ministre d'attendre une dizaine de jours", s'étonne l'association des élus de montagne

franceinfo
·1 min de lecture

C'est une décision "ubuesque", a réagi vendredi 27 novembre Jeanine Dubié, député Parti radical de gauche (PRG) de la 2e circonscription des Hautes-Pyrénées et présidente de l'association des élus de montagne après la décision du gouvernement d'ouvrir les stations de ski mais sans remontées mécaniques. "Ça nous a stupéfaits" car "nous avions un accord avec le Premier ministre d'attendre une dizaine de jours", avant de prendre une décision. "Le combat n'est pas perdu", a toutefois souligné Jeanine Dubié, alors qu'une nouvelle réunion avec le Premier ministre est prévue lundi.

franceinfo : Que vous inspirent les annonces de Jean Castex ?

Jeanine Dubié : D'abord, ça nous a stupéfaits parce que cette décision de fermeture à Noël des stations de sports d'hiver n'aurait jamais dû être prise mardi [lors de l'allocution télévisée d'Emmanuel Macron]. Nous avions un accord avec le Premier ministre d'attendre une dizaine de jours. Nous sommes conscients de la situation sanitaire et donc c'est pour ça que nous avions demandé dix jours de plus, attendre de voir si la tension sur les hôpitaux s'améliorait et nous laisser le temps de continuer à travailler sur les protocoles. Et tout ça a été balayé en une seule phrase. Et le Premier (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi