Stationnements payants pour les scooters et motos à Paris : la colère monte

HOUPLINE-RENARD/SIPA

Les propriétaires de deux-roues motorisés ne digèrent la nouvelle politique de stationnement mise en place à Paris et certains se disent prêt à «braver l'interdit»... Ou à acheter un véhicule électrique.

La fin d'une époque gracieuse. Les deux-roues motorisés thermiques doivent payer depuis jeudi pour stationner dans les rues de Paris , une mesure qui irrite la communauté des utilisateurs, "prête à braver l'interdit".

"A un moment il faut savoir dire non et s'écarter un petit peu du chemin", glisse à l'AFP un jeune motard, Dominique Gavaud, qui a dû se garer jeudi matin sur un emplacement vélo.

Lire aussi:Parking : un placement très rentable

"C'est compliqué de trouver des places, je n'ai pas vraiment le choix. Si j’ai une amende je vais la payer. Faute de mieux, je brave un peu les limites de l'interdit", poursuit ce designer alternant, vivant en banlieue parisienne.

Deux sociétés ont été diligentées par la ville de Paris pour traquer les contrevenants. Ces prestataires doivent effectuer 2.000 contrôles par jour, a spécifié la mairie, qui communiquera d'ici dix à quinze jours sur le nombre de verbalisations.

L'amende pour non paiement de stationnement est de 25 euros ou de 37,50 euros selon la zone. Les stationnements gênants ou dangereux sont passibles de 135 euros d'amende.

Pour garer son deux-roues motorisé (2RM) dans les rues de Paris, il faut s'acquitter d'un paiement s'il s'agit d'un véhicule thermique. Dans le centre de la capitale, le stationnement coûte 3 euros de l'heure contre 2 euros dans les arrondissements extérieurs.

"A la fin de la journée, ça doit grimper de ouf ! Je vais tenter une ou deux fois de ne pas payer, on va voir à quel point ils sont vifs ! S’ils sont trop vifs, on s’adaptera", indique avec le sourire Nicolas (qui ne souhaite pas donner son nom), un photographe/vidéaste habitant en banlieue et qui se déplace dans Paris pour son travail avec son scooter.

Le quadragénaire, qui possède également(...)


Lire la suite sur Paris Match