Stationnement, pollution...Le vélo-cargo gagne du terrain chez les artisans

·1 min de lecture

Le monde change et on l’observe parfois tout simplement dans nos rues. Avec la diminution des places de stationnement et la multiplication des règles anti-pollution, la vie est dure pour les artisans qui se déplacent dans les grandes villes. C’est la raison pour laquelle ces derniers ont dû trouver des alternatives. Et le vélo-cargo en est l'exemple parfait. Ces triporteurs en version deux-roues font un retour en force et remplacent désormais les fourgons. C’est notamment le cas en Nouvelle-Aquitaine, où on en compte désormais plus de 150 dans Bordeaux, contre deux ou trois il y a quelques années. 

Un investissement de 6000 euros

Parmi eux, Jean-François Morlon, un plombier qui a laissé tomber la classique fourgonnette. Car avec sa bicyclette rouge à assistance électrique, dotée d’un grand coffre blanc, cet artisan peut facilement réaliser ses dépannages dans l’agglomération. "Un vélo comme ça, ça coûte à peu près 6000 euros. Par contre ensuite mon budget entretien se résume à une centaine d'euros par an et je fais une centaine de kilomètres par semaine", explique-t-il.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Au programme de la journée pour Jean-François, une fuite sur du cuivre et un mécanisme de chasse-d'eau à remplacer. Tout son matériel et tous ses outils sont donc prêts, déposés dans le vélo-cargo. "J'ai une caisse avec des petits robinets, des fixations, un peu de matériel électrique, un chalumeau...Et en fonction de mon planning, j'adapte par...


Lire la suite sur Europe1