La station spatiale internationale n'en a pas fini avec les débris spatiaux

·2 min de lecture
The Conversation
The Conversation

Lundi 15 novembre, la Russie a détruit un de ses vieux satellites lors d'un test de son arsenal antisatellite. Ce tir a créé un nuage de nouveaux débris spatiaux, à travers lequel passe régulièrement la station spatiale internationale. Le 18th Space Control Squadron confirme la rupture du satellite Cosmos-1408 et, alors que l'analyse est encore en cours, estime qu'il pourrait y avoir environ 1.500 débris liés à l'incident.

Les débris spatiaux sont extrêmement nombreux en orbite de la Terre entre 440 et 520 kilomètres: ils sont une des conséquences inhérentes à l’activité humaine dans l’espace.

Les premiers débris spatiaux sont arrivés en 1957, avec plus de 98 % de la masse mise sur orbite lors du lancement de Sputnik-1. Depuis 1957, plus de 5.000 lancements ont eu lieu — ils ont généré 23.200 objets catalogués de plus de 10 centimètres, ce qui représente plus de 99 % de la masse totale présente en orbite, soit plus de 8.000 tonnes. Ces lancements ont également généré environ 740.000 objets de 1 à 10 centimètres, ainsi que plus de… 160.000.000 d’objets de 0,1 à 1 centimètre qui, eux, ne sont pas répertoriés. En quelques années, les compagnies privées, qui lancent des constellations de satellites, ont mis plus d’objets en orbite que la France dans toute son histoire.

Débris spatiaux : comment le gecko peut nous aider à faire le ménage dans l’espace

Faut-il se lancer dès à présent dans le nettoyage des orbites ? La politique de la France est claire – il faut commencer par ne pas en ajouter, et donc influencer la production de débris et limiter leur prolifération. Cependant, nous travaillons en parallèle sur un certain nombre de technologies qui permettront à terme de faire de l’« ADR »,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles