La station spatiale chinoise contrainte de manœuvrer pour éviter des satellites Starlink

·1 min de lecture

Dans un document récemment rendu public par le Bureau des affaires spatiales de l'ONU à Vienne, la Chine a fait savoir au secrétaire général de l’ONU que, par deux fois, des satellites de la constellation Starlink de SpaceX ont « constitué des dangers pour la vie ou la santé des astronautes à bord de la station spatiale chinoise ». Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, en a ajouté une couche mardi en soulignant que les « États-Unis ignorent leurs obligations en vertu des traités internationaux, ce qui constitue une menace grave pour la vie et la sécurité des astronautes ».

Dit autrement, la Chine accuse SpaceX de conduite irresponsable et dangereuse dans l’espace et les États-Unis de laxisme dans la gestion de ses activités spatiales. Des accusations qui peuvent faire sourire quand on sait que les militaires chinois sont responsables de milliers de débris à la suite d’un test de missile antisatellite réalisé en janvier 2007. Situé à quelque 800 kilomètres d’altitude, un satellite météo chinois hors d’usage avait été détruit par un missile générant une profusion de débris qui, pour le coup, sont bien plus dangereux que les satellites Starlink car bien moins prévisibles et manœuvrants.

Cela dit, il ne faut pas nier que les centaines de satellites Starlink déjà en orbite ont augmenté le nombre de risques de collision depuis le début du déploiement de la constellation. La station spatiale chinoise, actuellement occupée par un équipage de trois taïkonautes, qui se situe sur une orbite quasi circulaire à une altitude d’environ 390 kilomètres avec une inclinaison d’orbite d’environ 41,5 degrés, n’est pas plus exposée que les autres utilisateurs de l’espace. En septembre 2019, l'Agence spatiale européenne avait été contrainte de manœuvrer le satellite Aeolus pour éviter un satellite Starlink. Mais comme la Chine sait se faire entendre et respecter, la polémique a vite enflé sur les réseaux sociaux chinois. 

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles