Dans la station de ski de Val Thorens, "il y aura un moment où ça deviendra de plus en plus compliqué" avec le peu d'eau disponible

Anne-Laure Barral, franceinfo
Les stations de ski se remplissent avec le début des vacances d'hiver de la zone C. Face à cet afflux, les communes doivent assurer la gestion de l'eau, qui est devenue l'or blanc des stations de Val Thorens et des Menuires en Savoie.

Christophe Truchet travaille avec les skis au pied. Ce responsable de secteur de la compagnie Suez va vérifier les points de captage d'eau de Val Thorens et des Menuires, en Savoie. "C’est de l’eau des surfaces. C’est l’eau qui provient essentiellement des glaciers", explique-t-il. Même en venant des glaciers, l'eau est traitée. "L’eau est toujours chargée. Il peut y avoir de la turbidité. L’été, par exemple, il y a des animaux dans les pâturages. Même l’hiver, vous avez pu constater les traces sur la neige de lièvres".

Le ruisseau, source d'eau pour la neige de culture

L'accès à l'eau en montagne, comme sur une île de Bretagne, comporte aussi des contraintes, explique Didier Demongeot de Suez Eau france. "Ici, en sport d’hiver, on est en tête de bassin, donc il y a peu d’eau disponible, constate Didier Demongeot. En Bretagne, sur une île, c’est un peu la même chose. Il y aura un moment où ça deviendra de plus en plus compliqué. Il faudra trouver d’autres techniques, d’autres ressources plus lointaines, donc ça sera plus coûteux."

Depuis deux ans, chaque captage mesure ce qu'il laisse dans le ruisseau, ce qu'il prend pour l'eau potable et pour la neige de culture. Si cette année la neige est tombée en abondance, les 3 saisons précédentes, ce n'était pas le cas. Mais pour le maire de la commune, André Plaisance il y a des priorités à respecter.

Il n’y aura pas de conflit d’usage, il faut toujours trouver de l’eau dans les rivières. Il faut toujours donner de l’eau pour alimenter (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi