Quand une station de ski se fait livrer de la neige par hélicoptère

Par LePoint.fr

La station de Luchon-Superbagnères doit se faire livrer de la neige pour éviter de fermer.

La station de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées, manque de neige, indique France 3 Occitanie. Elle doit recevoir deux livraisons.


Alors que le sud de la France bat des records de douceur en plein cœur de l'hiver, les stations de ski des Pyrénées emploient les grands moyens pour éviter de fermer. À Luchon-Superbagnères, la neige manque : seules 6 pistes sont ouvertes alors que le domaine en compte 28, indique France 3 Occitanie. Alors le conseil département de la Haute-Garonne, qui gère cette station depuis deux ans, a décidé d'importer de la neige grâce à un hélicoptère. Cette neige est destinée aux espaces pour les enfants et les débutants.

Lire aussi Emmanuel Macron à l'heure de l'environnement

Une première cargaison de 160 m3, précise France Bleu, est arrivée sur site vendredi et une deuxième fournée de neige fraîche doit arriver samedi 15 février. « Cette opération doit permettre d'enneiger les téléskis débutants du plateau et de garantir 15 jours d'activité pour les écoles de ski », indique à la chaîne de télévision locale le syndicat mixte Haute-Garonne Montagne, qui a validé cette opération.

Lire aussi Il n'avait jamais fait aussi chaud au mois de janvier

5 000 euros les deux livraisons

La neige provient du secteur de Céciré, à plus de 2 000 mètres d'altitude, à quelques kilomètres à l'ouest de la station. « Dès que les températures le permettront, les canons à neige reprendront la production de neige de culture sur cette zone prioritaire pour la bonne marche du domaine skiable », a précisé le conseil départemental, qui finance cette opération facturée à 5 000 euros pour les deux livraisons.

Lire aussi Changement climatique : serons-nous bientôt privés de vacances au ski ?

Le but du département est de soutenir l'activité. La radio publique indique que 133 emplois sont directement liés à l'activité des stations de ski gérées par le syndicat mixte, ainsi que 150 aux thermes de Luchon. En tout, 1 700 emplois directs et (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

L’alpinisme anobli par l’Unesco !
Nouvelle tuerie un an après dans un village martyr du Mali
République et scandales sexuels : de Félix Faure à Benjamin Griveaux…
Recevez la newsletter Le Point.fr