Starlink : Elon Musk minimise les risques de désordre orbital que poseraient ses satellites

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Elon Musk
    Elon Musk
    Entrepreneur américain

Le site d'informations Space Daily a mis en ligne un article très intéressant qui rapporte le point de vue d’Elon Musk concernant le désordre orbital que pourrait causer, donc au conditionnel, les satellites de la constellation Starlink de SpaceX. Dans une interview au Financial TimesElon Musk, jamais dans la demi-mesure, a répondu aux nombreuses allégations selon lesquelles les satellites Starlink de sa société occupent trop d'espace sur l'orbite terrestre, affirmant que des « dizaines de milliards » d'engins spatiaux pourraient tenir sur des orbites proches de la Terre !

Musk a expliqué que, parce que l'espace est « tout simplement extrêmement grand » et que les satellites qu'il y envoie « sont très petits », la situation n'est pas aussi désastreuse qu'il n'y paraît. « Il ne s'agit pas d'une situation où nous bloquons effectivement les autres de quelque manière que ce soit. Nous n'avons empêché personne de faire quoi que ce soit, et nous n'avons pas l'intention de le faire », a-t-il ajouté. Selon lui, chaque « coquille » orbitale encerclant la Terre est plus grande que la surface de la Planète, avec une autre coquille tous les 10 mètres environ plus loin dans l’espace, ce qui selon lui permettrait à ces « dizaines de milliards » de satellites de tourner autour de la Terre en toute sérénité. Selon Elon Musk, il y a suffisamment de place pour des dizaines de milliards de satellites et « quelques milliers de satellites, ce n'est rien ».

Selon Elon Musk, il y a suffisamment de place pour des dizaines de milliards de satellites et « quelques milliers de satellites, ce n'est rien »

Cette affirmation de Musk a évidemment été contestée par de nombreux spécialistes de la gestion du trafic spatial. Selon Jonathan McDowell, astronome au Centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian (Massachusetts, États-Unis), les satellites se « déplaçant à près de 28.000 km/h ont besoin de beaucoup plus d'espace pour avoir le temps de modifier leurs orbites si une collision semble possible...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles