Star Academy (TF1) L'incroyable parcours de Quentin Mosimann

·1 min de lecture

Lui aussi a connu la compétition, les duos de rêve en prime time et les larmes de joie à l’annonce de son prénom, au soir de la victoire. Pour le reste, Mosimann a choisi un chemin qui n’appartient qu’à lui, reflet d’une dualité qu’il s’est toujours refusé à trancher. Il aime le jazz et l’electro, les scènes illuminées des Zénith et la moiteur des boîtes de nuit, l’ombre et la lumière. C’est comme ça. Déjà, en 2007, il s’inscrit à Star Ac’ alors qu’il évolue dans le milieu plutôt hype de la techno. Sa gueule d’ange dans un costume de démon fait mouche. Mais, surtout, il y a sa voix. Précise. Capable de se faire douce ou sauvage.

À lire également

Nikos Aliagas : "En faisant la Star Academy, on ne pensait pas qu’on en parlerait 20 ans plus tard"

Chargée de sa sensibilité à fleur de peau. Il gagne, sort un album, mais c’est à la nuit qu’il retourne. Plusieurs fois classé dans la liste des 100 meilleurs DJ mondiaux, il fait le bonheur des clubbers partout sur la planète, multiplie les singles, devient coach de The Voice en Belgique… Et revient sur scène, en pleine lumière, avec Grand Corps Malade, dont il a composé et réalisé l’album Mesdames, et assure la direction musicale de sa tournée. Il a travaillé ... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles