Comment la "Star Academy" a-t-elle pu faire venir Beyoncé et tant d'autres stars?

·4 min de lecture
Cynthia et Beyoncé, ici sur le plateau de la
Cynthia et Beyoncé, ici sur le plateau de la

MUSIQUE - Le temps passe, les souvenirs restent. Et des souvenirs, la “Star Academy”, qui fête en grande pompe ce samedi 30 octobre les vingt ans de sa première retransmission à l’occasion d’un prime inédit diffusé sur TF1, elle en a.

Jenifer, Élodie Frégé, Olivia Ruiz, mais aussi Georges-Alain, Jean-Pascal ou encore Grégory Lemarchal. On se souvient évidemment de certains des candidats les plus emblématiques à avoir poussé les portes du célèbre château aux petites briques rouges.

Mais voilà, d’autres personnalités, nettement moins anonymes (au départ), sont elles aussi venues pousser la chansonnette sur le plateau du télécrochet. C’est le cas, par exemple, de Beyoncé qui, lors de la troisième saison, a interprété en direct son tube Crazy in Love aux côtés d’une “académicienne” du nom de Sofia. L’année qui suit, la star revient. Cette fois, pour chanter Survivor avec Hoda. Rebelote, en 2006.

La saison 5, elle, a été marquée par la présence de Mariah Carey, aussi marraine de cette édition. Sur scène, la diva était venue interpréter It’s Like That avec Magali Vaé, grande gagnante du jeu télévisé.

Les deux chanteuses internationales ont laissé la place, au cours des saisons 7 et 8, à Rihanna, mais aussi à Britney Spears. Nous sommes alors en 2008 et la pop star enflamme la cérémonie avec son titre Womanizer.

Madonna, J.Lo, Céline Dion, et même Ray Charles... Des exemples, il y en a la pelle. Comment la “Star Academy”, une émission de téléréalité française, a-t-elle réussi à inviter de telles stars internationales? D’après le spécialiste des filières musicales Bertrand Hellio, selon qui “tout le monde s’est battu pour en être dès la deuxième saison”, cela tient à plusieurs raisons conjoncturelles.

Une question de notoriété

D’abord, parce que les émissions de variété, des programmes au cours desquels les artistes viennent faire leur promo, se sont raréfiées au tournant des années 2000. Aussi, parce que les audiences de la “Star Ac” étaient vraiment très bonnes. Les quotidiennes, en 2003, pouvaient atteindre 5 millions de téléspectateurs. Les primes du samedi soir, 7 millions. À titre d’exemple, la finale de “The Voice All Stars”, sur TF1 ce mois d’octobre 2021, a réuni 3,75 millions de fidèles.

“Si Beyoncé devait choisir une émission, en France, pour faire sa promo, le choix était évident”, commente Bertrand Hellio. L’auteur du livre Devenir professionnel de la musique rappelle, également, que la plupart des chanteurs et chanteuses invités à se produire à la “Star Academy” figurent (ou figuraient) sur un label d’Universal, alors partenaire du télécrochet.

Enfin, et c’était la nouveauté, ces artistes ne venaient pas simplement se produire sur scène, ils jouaient aussi un rôle de mentor ou de conseiller auprès des aspirants au star-système musical. “Cela ajoute un aspect positif en termes d’image”, observe le connaisseur.

Force est de constater, en 2021, que la situation n’est plus la même. Pas de Kylie Minogue à “The Voice”, ni de Stevie Wonder à “The Artist”. Où ces stars internationales sont-elles toutes passées? Pourquoi boudent-elles nos émissions hexagonales?

Des canaux de communication différents

Les outils de communication ne sont plus les mêmes. “En 2001, c’était balbutiant, c’était l’époque de MySpace, se souvient Bertrand Hellio. Il y avait moins de canaux de communication qu’aujourd’hui. La télé était dominante. La ‘Star Ac’, c’était un public jeune, mais aussi familial. On touchait beaucoup de cibles, beaucoup d’âges différents.” Résultat: la promo se passait à l’écran.

Depuis, de nouveaux médiums, comme les réseaux sociaux, YouTube, etc., se sont développés, mais pas que. Dans le cadre de la sortie de son dernier album avec le chanteur de jazz Tony Benett, Lady Gaga a monté un partenariat avec Westfield, multinationale à la tête de plusieurs grands centres commerciaux dans le monde et en France. Cette dernière a ainsi donné un concert en live, retransmis au même moment sur des écrans géants dans toutes les grandes surfaces de l’entreprise, comme au Forum des Halles à Paris ou la Part-Dieu à Lyon.

Conséquence sine qua non, ”cela lui a fait gagner énormément de temps, en comparaison à l’époque où un artiste devait faire plusieurs émissions de télé, dans plusieurs pays du monde”, poursuit Bertrand Hellio. L’engouement autour des Global Live Citizen, événements caritatifs diffusés là aussi en direct et ce, pendant 24 heures, est parlant. Le nombre de célébrités à vouloir y figurer, aussi. Une tendance qui laisse croire que Madonna n’est pas près de remettre un pied sur l’un de nos plateaux.

À voir également sur Le HuffPost: À quoi ressemblait la télé en 2001 au lancement de “Loft Story”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles