"Stairway to Heaven" : le jugement innocentant Led Zeppelin crée un précédent pour les poursuites relatives au droit d'auteur aux Etats-Unis

Laure Narlian
·2 min de lecture

La justice a finalement tranché lundi 9 mars 2020 : non, Led Zeppelin n'a pas plagié le groupe Spirit pour composer Stairway to Heaven, l'une des ballades les plus célèbres au monde. Il s'agit d'une victoire majeure pour le groupe de Robert Plant et Jimmy Page mais aussi d'une victoire d'importance pour l'industrie musicale.

C'est une cour d'appel de San Francisco qui a confirmé lundi un jugement rendu en première instance à Los Angeles en 2016, selon lequel le légendaire groupe de rock britannique n'avait pas emprunté le riff de guitare d'introduction de son tube planétaire sorti en 1971 au morceau Taurus du groupe californien psychédélique Spirit.

Ce jugement crée un précédent

En tranchant lundi en faveur de l'innocence de Led Zeppelin, cette cour d'appel composée de onze magistrats a mis fin à six ans de bataille judiciaire. Mais elle a aussi créé une jurisprudence qui bouleverse les règles régissant depuis 43 ans les poursuites pour droits d'auteur aux Etats-Unis.

Selon le magazine Variety, ce jugement va créer un précédent pour l'industrie musicale, alors que les poursuites pour droits d'auteur se sont mutipliées depuis le procès en 2015 du hit Blurred Lines (2013). Dans cette affaire, une cour d'appel californienne avait jugé que le tube de Robin Thicke et Pharrell Williams avait enfreint les droits d'auteur de Marvin Gaye pour sa chanson I Got To Give It Up (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi