Stade de France : un rapport souligne une réaction policière « disproportionnée »

Des supporteurs de Liverpool massés devant les grilles du Stade de France, le soir de la finale de la Ligue des champions.
Des supporteurs de Liverpool massés devant les grilles du Stade de France, le soir de la finale de la Ligue des champions.

Presque deux semaines après les incidents qui se sont produits en marge de la finale de la Ligue des champions, au Stade de France (Saint-Denis), un premier rapport d'enquête gouvernemental a été remis vendredi 10 juin à la Première ministre, et il est accablant. Le document conclut à un enchaînement de « défaillances » et déplore une réponse policière aux incidents ayant porté un « grave préjudice à l'image de la France ». Le rapport met en avant « des scènes très médiatisées d'opérations de rétablissement de l'ordre […] qui ont suscité des interrogations de la part d'observateurs extérieurs sur la capacité de notre pays à livrer et à réussir les grands événements sportifs dont nous aurons prochainement la responsabilité ».

Ce document vient ponctuer une semaine de rebondissements à propos du chaos qui a régné autour du Stade de France le samedi 28 mai. Alors que le préfet de police Didier Lallement s'est expliqué devant le Sénat jeudi, l'information selon laquelle certaines images de vidéosurveillance ont été effacées fait polémique depuis. Il s'agit des images du Stade de France et non de la police.

À LIRE AUSSILigue des champions : enquête sur les ratés du Stade de France

Le rapport gouvernemental aborde tout d'abord la question du dispositif de sécurité autour de l'enceinte, renforcé, mais vite dépassé. Près de 1 680 agents de sécurité étaient mobilisés par la Fédération française de football (FFF) pour la finale de la Ligue des champions Real Madrid-Li [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles