Stade de France: Darmanin donne sa version sur les 30.000 supporters en trop

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Gérald Darmanin en audition devant les sénateurs après les ratés de la finale de la Ligue des Champions. (Photo: Sénat)
Gérald Darmanin en audition devant les sénateurs après les ratés de la finale de la Ligue des Champions. (Photo: Sénat)

Gérald Darmanin en audition devant les sénateurs après les ratés de la finale de la Ligue des Champions. (Photo: Sénat)

POLITIQUE - La polémique portant sur la version de Gérald Darmanin sur les ratés de la finale de la Ligue des Champions est une bataille de chiffres. Auditionné par le Sénat ce mercredi 1er juin, le ministre de l’Intérieur s’est appliqué à détailler l’un des plus controversés: les 30.000 à 40.000 supporters supplémentaires, en partie responsable selon le gouvernement des problèmes à l’entrée du Stade de France.

Selon le ministre, qui cite la Fédération française de football (FFF), “110.000 personnes” se sont présentées “autour du Stade de France”. Dont “30.000 à 40.000 supporters anglais soit sans billet, soit avec des billets falsifiés” puisque seulement 75.000 billets ont été édités. Mais ce chiffre est mis en doute par les autorités britanniques et par une partie des observateurs français. Car où sont passés ces supporters, une fois le coup d’envoi donné?

Selon le ministre de l’Intérieur, la majeure partie d’entre eux ont tout simplement quitté les lieux, pour suivre la rencontre à la télévision ou en ligne, à défaut de la voir en direct. “Tous ceux qui sont allés au Stade de France, la 4G fonctionne mal. Et quand on ne rentre pas dans un stade et qu’on veut regarder un match, on essaye de trouver la captation de son téléphone. Donc ça a sans doute encouragé des gens à partir très rapidement aussi”, a indiqué le ministre.

Les images de la vidéo-surveillance SNCF à l’appui

Les données fournies par les sociétés de transports qui desservent le Stade de France l’attestent. “La SNCF a elle-même documenté qu’à 22h52, de très nombreux supporters ont commencé à reprendre les métros et le RER D”, a assuré Gérald Darmanin, soulignant que la SNCF avait dû rappeler des conducteurs plus tôt que prévu pour les prendre en charge, alors que le match s’est terminé à 23h15. “Des images de vidéo surveillance démontrent que les quais du RER D sont pleins, de beaucoup de maillots rouges”, affirme le ministre.

Une version pourtant infirmée dès lundi par la SNCF auprès de 20 Minutes, l’entreprise ayant assuré qu’aucun “flux particulier, ou plus important que d’habitude” n’a été enregistré dans le sens des retours depuis le stade de France une fois le coup d’envoi du match donné.

Mais à entendre le locataire de la place Beauvau, les supporters auraient donc quitté les lieux 32 minutes avant la fin du match, pour s’engouffrer dans les transports en commun. Un point rapidement remis en cause par le sénateur LR à l’origine de l’audition François-Noël Buffet car, de l’aveu même du ministre de l’Intérieur, “tout le monde attend normalement la fin d’un match” avant de se déplacer.

Parmi ces supporters en trop, Gérald Darmanin n’a pas exclu que “quelques centaines” aient pu entrer dans le Stade. D’autres sont restées “aux abords immédiats du Stade de France” ou un peu plus loin.

À voir également sur Le HuffPost: Après le fiasco du Stade de France, chacun a son bouc émissaire

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles