Le Stade Français s'offre un succès bonifié face à La Rochelle en Top 14

Le trois-quarts centre parisien Julien Delbouis perce la défense rochelaise, samedi soir à Jean-Bouin. (B. Paquot/L'Équipe)

Victoire bonifiée des Parisiens (27-14) à domicile samedi soir face aux champions d'Europe rochelais lors de la 12e journée de Championnat.

Le match : 27-14Après une période difficile - 2 défaites et un résultat nul - le Stade Français a repris samedi soir, lors de cette 12e journée de Top 14, dans le froid polaire qui tombait sur Jean-Bouin le chemin de la victoire en décrochant de belle manière en fin de partie un bonus offensif, cerise sur le gâteau d'un match pourtant mal embouché face aux champions d'Europe en titre, des Rochelais qui n'existèrent que durant la première demi-heure.

Tétanisés par l'enjeu après leur défaite à domicile (12-17), samedi dernier face à Toulon, ou simplement réfrigérés, les Parisiens ont attendu une demi-heure avant de lancer leur match. Ce dont profitèrent les Rochelais pour mener 5-14 grâce à un essai inaugural de Martin Alonso Munoz (2e) et 3 buts de pénalité signés Antoine Hastoy (6e, 28e, 30e).

lire aussi : Le film de Stade Français - La Rochelle

Lorsqu'ils cessèrent d'être indisciplinés et décidèrent de s'engager au combat, les Parisiens surent reprendre la tête au score à la pause (15-14) après avoir marqué un essai par Sekou Macalou dans le sillage d'une percée majuscule de Julien Delbouis (35e). Joris Segonds, jusque-là imprécis au pied, avait aussi trouvé enfin la mire. En seconde période, les Parisiens bonifièrent leur pression défensive en récupérant habilement un ballon dans l'alignement à proximité de l'en-but maritime.

Le troisième-ligne aile Briatte marquait en force (48e, 20-14) et à partir de ce moment, les Parisiens pouvaient se tourner vers un bonus offensif. La défense rochelaise tint bon, en particulier au sol devant son en-but, repoussant plusieurs fois les vagues roses, mais Lester Etien parvint à faire sauter le verrou à la 79e sur l'ultime offensive, offrant le bonus aux siens.

Le fait : la demi-heure d'autonomie rochelaiseSur leur première attaque et qui plus est en première main, les champions d'Europe inscrivirent le premier essai (2e) de ce match qu'ils venaient d'emballer. Avec le pied de leur ouvreur international Antoine Hastoy, ils menèrent 14-5 au bout d'une demi-heure. De quoi aborder sereinement la suite. Mais, surprise, ils arrêtèrent de jouer. Rideau ! Ils subirent, s'emmêlèrent les pinceaux et furent dépassés dans le jeu et au score, incapables d'endiguer, si ce n'est de façon désordonnée, les assauts parisiens.

lire aussi : Calendrier et résultats de la 12e journée de Top 14