Stade clairsemé, cérémonie : que retenir de la journée d'ouverture de la Coupe du monde 2022 ?

© AFP

La planète football s'interrogeait sur le niveau réel d'Al-Annabi (les bordeaux), qui s'étaient préparés quasiment à huis clos depuis six mois pour réussir leurs grands débuts à ce niveau, et tout le monde a pu voir que le champion d'Asie en titre, peut-être tétanisé par l'enjeu, ne faisait pas le poids. Le Qatar a été battu par l'Equateur 2 buts à 0 .

Pour sa 4e participation, l'Equateur s'est empressé de saisir l'offrande. Après un but refusé pour un hors-jeu qui devrait faire jaser (3e), la "Tricolor" a rapidement trouvé l'ouverture à la 16e minute, puis fait le break 15 minutes plus tard.

>> LIRE AUSSICoupe du monde 2022 : l'Equateur bat le Qatar (2-0) en match d'ouverture

Public consterné

A chaque fois grâce à l'intenable Enner Valencia qui a provoqué et transformé un penalty, puis creusé l'écart d'une tête puissante. Déjà en forme avec Fenerbahçe, le buteur aux 75 sélections compte désormais 37 réalisations... dont 5 en coupes du monde. Touché juste avant la mi-temps, le tourmenteur équatorien a toutefois été remplacé en boitant à la 76e minute.

Sur son banc, le sélectionneur qatari, l'Espagnol Félix Sanchez Bas, formé à l'école barcelonaise, semblait consterné. Tout comme le public, refroidi par ce scénario catastrophique plus que par la climatisation des tribunes, qui a fait polémique en Europe.

Sous les yeux de l'actuel et de l'ancien émirs, artisans de la candidature du Qatar et devant de nombreux chefs d'Etat, le spectaculaire stade Al-Bayt, dont l'archit...


Lire la suite sur Europe1