Stérilets : attention aux expulsions spontanées

Trois stérilets ont été retirés du marché par l'Agence nationale de sécurité du médicament en raison de leur risque d'expulsion spontanée et de rupture.

Ce sont des risques encore trop souvent méconnus, celui de rupture et d’expulsion spontanée des stérilets, et ce quel que soit le modèle du dispositif intra-utérin (DIU). Mais face à l’augmentation ces derniers mois d’incidents rapportés par les patientes (chiffres non communiqués par l’Agence) rencontrés avec trois modèles en cuivre, a décidé d'interdire la pose de ces trois dispositifs intra-utérins. Leurs noms : Ancora, Novaplus, Sethygyn.

Pas de retrait préventif en cas de pose inférieure à trois ans

Cette décision de police sanitaire signée fin novembre 2019 impose aux sociétés qui les fabriquent, les mettent sur le marché ou les distribuent en France (Eurogine, Euromedial) de les retirer de tous les lieux où ils sont disponibles.

L’ANSM ne recommande pas de procéder au retrait préventif de ces stérilets lorsque ceux-ci ont été posés depuis moins de trois ans, le risque d’expulsion semblant plus important au-delà de cette période. Mais attention, si l’expulsion peut se manifester par des saignements, une douleur, elle peut aussi être asymptomatique. Par contre, l’Agence recommande aux femmes de rester attentives aux signes pouvant évoquer une expulsion (voir encadré ci-dessous). Cette décision a été prise, rapporte l’Agence, en raison d’une double insuffisance. Celle des informations mentionnées sur les notices destinées aux femmes tout comme celle de la documentation technique.

Comment vérifier qu’un stérilet est bien en place ?

À la fin de chaque période de règles, il faut vérifier si les fils du stérilet sont en place en introduisant doucement un doigt dans le vagin près du col de l’utérus. 

Si c’est le cas, le suivi gynécologique habituel, une fois par an, est conseillé, en pensant à garder en tête et à rappeler au gynécologue la date de pose du DIU. Si ce n’est pas le cas et que les fils du stérilet ne sont plus en place, il faut consulter dès que possible le professionnel de santé qui assure habituellem[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi