Stéphane Pauwels : « J’ai été victime de mon succès populaire »

Propos recueillis par Thibaut Geffrotin
·1 min de lecture
Stéphane Pauwels (à droite) lors du procès à Mons, en Belgique, en septembre 2020.
Stéphane Pauwels (à droite) lors du procès à Mons, en Belgique, en septembre 2020.

« Qui êtes-vous monsieur ? » En interrompant ainsi Stéphane Pauwels en pleine émission foot sur W9, en 2015, l'ex-entraîneur de Saint-Étienne Christophe Galtier avait placé le virulent chroniqueur belge sous le feu des projecteurs. Pauwels n'était pourtant pas un débutant dans le milieu du foot français. Après avoir officié aux côtés de Vahid Halilhodzic en tant que team manager du club de Lille, le journaliste était devenu la « voix belge » de la radio RMC, très identifiée par les auditeurs de l'After Foot. Volontairement provocateur, le chroniqueur belge n'en était pas moins précis dans ses analyses tactiques ou sa connaissance du milieu du foot. En Belgique, le journaliste touche-à-tout a longtemps été surnommé le « champion des audiences ». Mais le 29 août 2018, un mois après la Coupe du monde qu'il a couverte pour la chaîne L'Équipe, et alors qu'il est en train d'interviewer Éric-Emmanuel Schmitt sur RTL-TVI, Pauwels est arrêté par la police belge pour une affaire de cambriolage chez l'ex-compagnon de son ex-compagne. Suspendu d'antenne, le journaliste clame son innocence, mais vit une rapide descente aux enfers. Lui qu'on voyait partout disparaît brutalement des écrans, des deux côtés de la frontière. En octobre 2020, le tribunal correctionnel du Hainaut le condamne à 30 mois de prison avec sursis, tout en l'acquittant de la charge de membre d'une association de malfaiteurs. Stéphane Pauwels raconte son histoire dans un livre qui vient de paraître, D [...] Lire la suite