Stéphane Le Foll est le nouveau maire du Mans

Le Parisien avec AFP
Archives - Stéphane Le Foll lors d’une réunion publique dans la Drôme en septembre 2016

Le Foll succède à Jean-Claude Boulard (PS), mort le 31 mai à l’âge de 75 ans des suites d’une longue maladie.


Quinze jours après le décès de Jean-Claude Boulard, Le Mans connaît le nom de son nouveau maire. Il s’agit sans surprise de Stéphane Le Foll, ancien ministre de l'Agriculture (2012-2017) et porte-parole du gouvernement (2014-2017).

Le député de la Sarthe, âgé de 58 ans, a été élu avec 31 voix contre deux pour le candidat FN Emmanuel Dubois, alors que quarante élus siègent dans le groupe majoritaire au conseil municipal du Mans. Vingt-deux bulletins ont été jugés « litigieux ».

L’opposition de droite, conduite par la présidente des Pays de la Loire Christelle Morançais (LR), avait décidé de ne pas présenter de candidat, au cours d’un conseil municipal auquel participait la secrétaire d’État Marlène Schiappa.

Conseiller municipal du Mans depuis 2001, Stéphane Le Foll avait été désigné la semaine dernière comme le candidat de la majorité municipale par 12 voix contre 9 par le groupe socialiste et apparentés, face à deux autres socialistes, la députée Marietta Karamanli et le conseiller départemental Christophe Counil.

Bientôt à la métropole ?

L’ancien lieutenant de François Hollande espère aussi prendre la tête de la métropole, qui rassemble 19 communes et dont le président doit être élu jeudi à partir de 18h.

Le Foll succède à Jean-Claude Boulard (PS), mort le 31 mai à l’âge de 75 ans des suites d’une longue maladie. Présent à ses funérailles, le président de la République, Emmanuel Macron, avait rendu hommage à « un ami et un soutien de la première heure ».

Candidat malheureux au poste de premier secrétaire du PS, Stéphane Le Foll était arrivé deuxième loin derrière Olivier Faure, en mars dernier. Depuis, il ne manque pas une occasion de marquer son mécontentement, semblant mal digérer la défaite, selon plusieurs membres du Bureau national du PS. Sa suppléante Sylvie Tolmont, qui l’a déjà remplacé entre 2012 et 2017, devrait lui succéder à l’Assemblée nationale.

(...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Migrants : à bord de «l’Aquarius», en mission de sauvetage
80 km/h : Édouard Philippe refuse de limiter la mesure à certaines routes secondaires
Gouvernement : alors, ils font quoi les «secrétaires d’Etat à rien ?»
Ségolène Royal en piste pour les Européennes ?
Marine Le Pen se rendra en Italie après l’été