SsangYong retrouve des couleurs !

SsangYong retrouve des couleurs !

Vous vous souvenez de SsangYong ? Le troisième grand constructeur automobile coréen derrière Hyundai et Kia (et autrefois Daewoo, disparu en 2002) ? Spécialisé dans les SUV, on se souvient dans les années 2010 de ses Rexton et Rodius. Ils avaient connu un certain succès chez nous. On parle au passé comme si la marque n’existait plus ou n’était plus distribuée chez nous. C'est pourtant toujours le cas ! Importée par Emil Frey, les modèles SsangYong sont disponibles dans près de 70 points de vente dans l’Hexagone. Mais les multiples rebondissements qu’il a connus, et sa situation financière critique freinent ses ambitions en France, et en Europe en général. Un crève-cœur pour une marque qui, à l’image de Suzuki par exemple, a toujours offert un excellent rapport qualité/prix.

Un constructeur coréen qui se voulait premium

Parler de l’histoire de SsangYong, c’est remonter un chemin semé d’embûches. Celui d’une marque qui s’est pris quasiment coup-sur-coup toutes les crises possibles et imaginables. Fondée en 1954, la société s’était lancée dans la production automobile à partir de 1983. Elle assemblait à l'époque des Jeep CJ-7 sous licence en Corée. Pour se différencier des autres marques coréennes, ses dirigeants voulaient faire de SsangYong un champion asiatique du premium. C’est en ce sens qu’un partenariat technologique fut noué à partir de 1991 avec Mercedes-Benz. Il donna naissance à un partage de moteurs (sur le Musso à partir de 1993) et de...Lire la suite sur Autoplus