Sri Lanka : Ranil Wickremesinghe, président mal aimé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Ranil Wickremesinghe nouveau président du Sri Lanka.  - Credit:ARUN SANKAR / AFP
Ranil Wickremesinghe nouveau président du Sri Lanka. - Credit:ARUN SANKAR / AFP

« Nos divisions sont maintenant terminées », a-t-il clamé dès que le scrutin du Parlement lui a donné la victoire, le mercredi 20 juillet. À 73 ans, Ranil Wickremesinghe, costumes élégants et chevelure cendrée, se voudrait le président de la stabilité dans une île en perdition économique. Rarement, pourtant, l'accession aux plus hautes fonctions du Sri Lanka n'aura été si décriée par un peuple qui, depuis quatre mois, manifeste pour dénoncer une classe politique élitiste et corrompue, responsable de la faillite vertigineuse de la nation insulaire de 22 millions d'habitants.

Ces dernières semaines, les foules en colère ont scandé dans les rues le nom de Ranil Wickremesinghe, allant jusqu'à incendier, le 9 juillet, une aile de sa résidence. Ce jour-là, des manifestations monstres ont envahi des bâtiments de l'exécutif, poussant le président Gotabaya Rajapaksa à fuir le pays et à démissionner. Depuis, il fallait trouver un nouveau président pour cette île à la dérive, qui est frappée au quotidien par des flambées des prix et de graves pénuries de denrées essentielles.

Ce Parlement ne représente pas le peuple et ce président n’a aucun mandat populaire.

Mercredi matin, les députés ont été appelés à déposer l'un après l'autre leur bulletin secret, dans un Parlement de 225 sièges dont l'enceinte était placée sous haute sécurité. Au premier rang des sièges réservés au parti au pouvoir se tient Mahinda Rajapaksa, portant son éternelle écharpe rouge. Ancien chef d'État [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles