Sri Lanka: pendant la crise politique, les pénuries s'aggravent pour la population

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Au Sri Lanka, le parlement se réunissait samedi 16 juillet pour entamer l’élection d’un nouveau président après la fuite de Gotabaya Rajapaksa. Mais pendant ce temps-là, tous les signaux sont au rouge pour la population : elle fait face à une pénurie quasi totale de pétrole et une inflation alimentaire catastrophique, incapable de payer pour les produits les plus essentiels.

De notre envoyé spécial à Colombo,

Six millions de Sri-Lankais, soit plus du quart de la population, font maintenant face à l'insécurité alimentaire, selon le Programme alimentaire mondial, de l’ONU. Les étals se vident, les prix des aliments explosent et la situation devrait encore se détériorer. Personne n’est épargnée, explique Surani Weerasinghe, mère de deux enfants :

« Je viens d’une famille privilégiée et avant je pouvais acheter à mes enfants tout ce qu’ils voulaient manger. Mais aujourd'hui nous devons nous restreindre. Je ne peux plus payer des choses aussi simples que du beurre ou du fromage. Pour cuisiner, je dois maintenant utiliser du bois. »

Du bois de cuisson, au lieu du gaz, car la source de tous les problèmes est la pénurie totale de carburants qui frappe l'Île de l’Océan Indien. Le Sri Lanka est désormais incapable de payer pour en importer assez.

Ces mesures ont été plusieurs fois mises sur la table. Et étant donné le peu de ressources de l'État, elles ne devraient pas changer fondamentalement le calvaire quotidien des habitants du Sri Lanka.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles