Sri Lanka: la pénurie d'essence et surtout de médicaments inquiète l'ONU

Le Sri Lanka traverse depuis début 2022 la pire crise économique de son histoire. Les caisses de l'État sont asséchées, le pays est en défaut de paiement et ne peut donc plus importer assez de produits essentiels, comme de l'essence ou des médicaments. De quoi potentiellement affecter gravement la santé des habitants. L'ONU vient d'alerter que cela pourrait bientôt entraîner une crise humanitaire.

Avec notre envoyé spécial à Colombo, Sébastien Farcis

M. Abhaysingha, les cheveux blancs finement coiffés, attend dans le grand hall du service d'oncologie de l'hôpital d'Apeksha, à l'est de Colombo. Sa femme vient d'entrer pour un traitement.

« Elle souffre d'un cancer du poumon, explique-t-il, mais cela fait deux semaines qu'on attend qu'elle soit traitée, car l'hôpital n'avait pas les médicaments nécessaires. Il semble qu'ils en aient enfin reçu aujourd'hui. »

Le Sri Lanka, à court de devises étrangères, ne peut acheter assez de médicaments. Et cela retarde dangereusement ce genre de soins.

« La semaine dernière, il y avait une pénurie de 14 médicaments vitaux, relate le chirurgien Vasan Ratnasingam, porte-parole de l'association des professionnels publics de santé. Particulièrement ceux utilisés pour les traitements cardiaques, les insuffisances respiratoires, ainsi que les vaccins contre la rage. Pour l'instant, nous n'avons pas enregistré de décès à cause de ces pénuries, mais si elles continuent, cela arrivera. »

►À relire : Deux mois de protestation au Sri Lanka : nouvelle manifestation devant la présidence


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles