Sri Lanka: en défaut de paiement, le pays face à une grave crise alimentaire

L’ONU alerte sur le sort du Sri Lanka qui pourrait bientôt souffrir d’une crise alimentaire importante. Le pays, lourdement endetté, est en effet en défaut de paiement depuis plusieurs semaines et ne peut plus importer les produits essentiels comme les hydrocarbures ou beaucoup d’aliments. Pour la population, depuis des mois, c’est donc la lutte quotidienne et le rationnement.

Avec notre envoyé spécial Colombo, Sébastien Farcis

Plus d’une centaine de bonbonnes à gaz bleues sont alignées sur le bord de la route, attachées ensemble par de gros cadenas. Mais ce magasin de Colombo, chargé de les remplir, a tiré le rideau. Mohammed Amurdin, 63 ans, se désespère. « Cela fait cinq jours qu’on attend ici, mais il n’y a pas de gaz. J’arrive à 5h du matin pour garder ma bonbonne et la nuit, je dois payer quelqu’un pour la garder. En attendant, on cuisine au bois ou on mange à l’extérieur, ce qui est plus cher. »

Le prix de ce gaz a également doublé depuis trois mois, comme celui de beaucoup d’aliments importés, depuis le lait jusqu’au blé. Cette inflation force le foyer modeste de Malathy Arulkumar à rationner son alimentation. « Avant, nous utilisions quatre légumes pour le repas, maintenant nous n’en mangeons plus que deux. J’achète aussi près de deux fois moins de riz et très peu de poulet, et plus de lait du tout. »

L’ONU estime que près de 2 millions de Sri-Lankais sont dans une situation humanitaire critique et appelle à envoyer 44 millions d’euros d’aides d’urgence, pour leur offrir de la nourriture et des médicaments.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles