A Srebrenica, l'apaisement face à la reconnaissance du "mal"

L'ancien chef militaire des forces serbes de Bosnie, Ratko Mladic (au centre), sur un écran géant diffusant son procès pour génocide regardé par des musulmans bosniaques, survivants et proches de victimes du massacre en 1995 à Srebrenica (Bosnie-Herzégovine), au Mémorial de Srebrenica, le 8 juin 2021