Tous sports - Le budget des Sports gagne 10 M€ grâce à un amendement

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de lundi à mardi un amendement qui augmente de 10 M€ le budget des Sports, soit 812 M€. Une enveloppe destinée à l'Agence nationale du sport. Le couvre-feu était dépassé depuis belle lurette, lundi soir, lorsque les députés ont adopté un amendement relevant de 10 M€ le plafond de la taxe Buffet pour les transférer au budget des Sports. Défendu par Benjamin Dirx, député La République en marche de Saône-et-Loire et rapporteur spécial de la mission sport, jeunesse et vie associative, il fait ainsi passer le budget des Sports de 802 M€, dans le projet de loi de finances 2021 à 812 M€, en attendant l'examen au Sénat. lire aussi Un budget de 802 millions d'euros pour les Sports en 2021 « Cet amendement vise à rehausser le plafond de 10 millions d'euros de la taxe dite « Buffet » sur les droits télévisés des manifestations et compétitions sportives. Cette taxe était pour l'année 2020 plafonnée à 40 M€ pour un rendement prévisionnel de 74,1 M€. Ce plafond avait pour conséquence de n'affecter que 55 % des recettes issues de cette taxe au sport. La loi de finances initiale 2021 permet de rehausser ce plafond à 64,1 M€ », précise le texte de cet amendement de l'article 24 du projet de loi de finances pour 2021. « C'est un déplafonnement quasiment total de la taxe, une vraie avancée, se félicite Cédric Roussel, député LREM des Alpes-Maritimes. Un peu comme si on avait fait sauter le verrou de Bercy ». Régis Juanico, député Génération. s de la Loire, dénonce, en revanche, un « tour de passe-passe ». Il explique : « c'est un échange de la hausse du plafond de la taxe Buffet de 24 M€ dans le projet de loi de finances 2021, le Gouvernement retire l'équivalent en crédits budgétaires au programme sport et lâche 10 M€ sur les taxes affectées aux parlementaires en séance ». Benjamin Dirx, député LREM de Saône-et-Loire « L'Agence sera là pour trancher à qui elle attribuera cette enveloppe » Ces 10 M€ supplémentaires iront quoi qu'il en soit dans les caisses de l'Agence nationale du sport (ANS). Selon l'exposé des motifs, ils « permettront, dans le prolongement du discours sur le séparatisme du Président de la République aux Mureaux, de financer une politique d'émancipation par le sport en soutenant des associations sportives de quartier menant des actions d'insertion sociale et d'éducation par le sport, mais également d'inclusion par l'emploi ». « L'Agence sera là pour trancher à qui elle attribuera cette enveloppe. Je n'ai pas envie d'opposer le sport pour tous et la haute performance. Je sais que Claude Onesta (manager de la haute performance) demandait 10 M€ supplémentaires », explique Benjamin Dirx, député LREM de Saône-et-Loire, avant d'annoncer : « Il y aura d'autres avancées dans le projet de loi rectificative pour les associations sportives à trois niveaux, les petites associations, les clubs intermédiaires et le très haut niveau ». Vendredi dernier, un amendement porté par François Cormier-Bouligeon, député LREM du Cher, demandant l'exonération de la TVA pour les petites associations sportives avait été repoussé. lire aussi Les devoirs de rentrée du ministère de l'Éducation nationale et des Sports