Sports: les athlètes africain(e)s à suivre en 2021

·4 min de lecture

De nombres événements sportifs, comme les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, ont été reportés à cause de la pandémie de Covid-19. Le programme 2021 s’annonce ainsi chargé pour les athlètes africain(e)s. RFI vous propose d’en suivre plus particulièrement dix au cours des prochains mois.

Martin Bakole (RD Congo / Boxe)

Le Congolais détient depuis quelques semaines la ceinture de champion international des poids lourds de la WBC, l’une des quatre grandes fédérations de boxe professionnelle. Le petit frère du champion du monde Junior Makabu flirte désormais avec le top 15 dans sa catégorie. S’il parvient à enchaîner les combats et les victoires en 2021, il pourrait ainsi faire son trou au sein de l’élite mondiale.

Barbra Banda (Zambie / Football)

Après avoir brillé en Chine la saison passée, où elle est a fini meilleure buteuse du championnat, la Zambienne âgée de 20 ans espère créer la surprise au Japon, l’été prochain. L’attaquante et son équipe nationale disputeront en effet le tournoi féminin de foot des Jeux de Tokyo. Avec son impressionnant physique – Barbra Banda compte 5 combats pros de boxe à son actif – la capitaine des Copper Queens est en tout cas une des grandes espoirs du foot africain.

Joshua Cheptegei (Ouganda / Athlétisme)

En 2020, l’Ougandais a créé la sensation en battant en l’espace de quelques semaines les records du monde du 5.000 et du 10.000 mètres détenus depuis de nombreuses années par l’Éthiopien Kenenisa Bekele. Les conditions étaient toutefois réunies pour favoriser ces exploits. Du coup, les fans d’athlétisme s’interrogent : le champion du monde en titre du 10.000m étendra-t-il sa domination jusqu’à Tokyo ?

Giana Farouk (Égypte / Karaté)

Le karaté fera une incursion aux Jeux olympiques, à l’occasion de « Tokyo 2020 ». Une chance pour Giana Farouk, qui compte six médailles aux Championnats du monde (dont 3 en or), de rentrer un peu plus dans la légende du sport égyptien. Aux JO, la championne d’Afrique en titre fera en tout cas partie des favorites, chez les moins de 61 kg.

Biniam Girmay (Érythrée / Cyclisme)

Le nouvelle pépite du cyclisme africain, élu meilleur coureur du continent à l’âge de 20 ans seulement, va tenter de confirmer cette saison, que ce soit avec l’équipe Delko basée en France ou avec le sélection érythréenne. Biniam Girmay peut espérer faire aussi bien que ses compatriotes Natnael Berhane et Daniel Teklehaimanot qui ont réussi à s’imposer dans le paysage du vélo européen.

Francis Ngannou (Cameroun / MMA)

En janvier 2018, le Camerounais perdait son premier championnat du monde d’arts martiaux mixtes (MMA), face au roi des lourds de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), Stipe Miocic. Trois ans plus tard, « The Predator » a pulvérisé tous ses autres adversaires et devrait enfin avoir une deuxième chance face à l’Américain. Francis Ngannou brûle de prendre sa revanche sur une UFC qui l’a forcé à patienter aussi longtemps pour avoir un deuxième « title shot ».

Yahia Omar (Égypte / Handball)

L’Égypte s’apprête à accueillir le Championnat du monde masculin 2021, le premier à 32 équipes de l’histoire. Le jeune arrière droit (23 ans) de Veszprem, l’un des meilleurs clubs de la planète, a les atouts nécessaires être une des révélations de ce Mondial à domicile, puis en Ligue des champions européenne avec sa formation hongroise.

Asisat Oshoala (Nigeria / Football)

Le FC Barcelone investit désormais dans le football au féminin et compte beaucoup sur la Nigériane, irrésistible en décembre avec 8 buts inscrits en 6 rencontres (toutes compétitions confondues). Notamment pour retrouver les sommets européens et la finale de la Ligue des champions.

Jordy Smith (Afrique du Sud / Surf)

Pour la première fois, il y aura du surf aux Jeux olympiques. Jordy Smith, valeur sûre du circuit mondial (World Surf League) depuis plus d’une décennie, sera la principale chance africaine de médaille à Tokyo dans cette discipline. Souvent placé mais rarement vainqueur, le grand Sud-Africain aura l’occasion d’entrer de plain-pied dans la légende de son sport.

Raoua Tlili (Tunisie / Athlétisme)

Pour la Tunisienne, le grand objectif est évidemment Tokyo. Au Japon, la lanceuse peut intégrer le club très fermé des Africain(e)s ayant gagné une médaille d’or durant quatre Jeux paralympiques. La championne du monde de lancer du disque devra en revanche attendre pour défendre son titre aux Mondiaux, la prochaine édition ayant été repoussée à 2022.