Publicité

XV de France: première "contrariée" pour Le Garrec et Tuilagi

Nolann Le Garrec (à droite) a vécu sa première sélection contre l'Irlande le 2 février 2024 à Marseille (NICOLAS TUCAT)
Nolann Le Garrec (à droite) a vécu sa première sélection contre l'Irlande le 2 février 2024 à Marseille (NICOLAS TUCAT)

Le demi de mêlée Nolann Le Garrec et le deuxième ligne Posolo Tuilagi ont vécu une première "contrariée" face à l'Irlande en ouverture du Tournoi des six nations, entre le "grand honneur" de débuts internationaux et l'amertume d'un revers cinglant (38-17).

Un petit morceau de l'histoire du XV de France s'est écrit vendredi soir au Stade Vélodrome de Marseille et pas seulement par l'ampleur de la défaite, la plus large de l'ère Fabien Galthié.

En entrant en jeu à la 66e minute, Le Garrec est devenu le premier joueur né en Bretagne à porter le maillot bleu depuis le Finistérien Gérard Bouguyon (9 sélections) en 1961.

"Je suis très fier. Ce sont mes racines. Je suis très attaché à ma région. Quand tu es un jeune petit Breton, ce n'est pas forcément le destin qui t'es prédit", a-t-il témoigné après cette "première un peu contrariée".

Le natif de Vannes tournait autour depuis un certain temps déjà. Parti au Japon pour la tournée estivale de 2022, il n'avait pas eu la chance de jouer, pas plus que face à l'Italie l'an dernier dans le Tournoi alors qu'il était sur le banc derrière Antoine Dupont.

"J'étais un peu impatient de rentrer sur le terrain", n'a pas caché le demi de mêlée de 21 ans, auteur d'une excellente première partie de saison avec le Racing 92. "Ce n'est peut-être pas grand-chose pour certains, mais pour moi ça représente beaucoup. Pouvoir être international français, c'est un grand honneur et je pèse mes mots".

- Alldritt "désolé" pour eux -

L'avenir international de Tuilagi, héritier d'une prestigieuse dynastie de joueurs de haut niveau, était davantage tracé. Né sous d'autres latitudes que le Breton, aux Samoa, il ne se prédestinait en revanche pas forcément à la France.

Le passage à Perpignan de son père, Henry, entre 2007 et 2015, en a décidé ainsi et le colosse a goûté à seulement 19 ans aux joies d'une première cape en remplaçant Paul Gabrillagues à la 53e minute. Sans pouvoir inverser le cours d'un match mal embarqué, malgré quelques charges caractéristiques.

"On aurait aimé offrir à Posolo et Nolann une première sélection un peu plus festive, comme on a pu le connaître sur les dernières années", a regretté d'emblée en conférence de presse d'après-match le nouveau capitaine des Bleus Grégory Alldritt, qui avait délivré peu avant le même message dans le vestiaire.

"Greg nous a dit qu'il était un peu désolé que notre première se soit passée comme ça", a raconté Le Garrec. "Il nous a dit aussi qu'on faisait partie du projet, qu'on allait avancer. J'espère qu'on pourra apporter encore beaucoup de choses sur les prochains matches".

Même si la doublure habituelle de Dupont -- focalisé cette année sur les Jeux olympiques de Paris et le rugby à VII -- Maxime Lucu a vécu un match compliqué face aux Irlandais, la hiérarchie ne devrait pas évoluer au poste de demi de mêlée. Du moins pas tout de suite.

Avec la suspension de Paul Willemse après son carton rouge et le probable forfait de Romain Taofifenua, qui s'ajoutent aux absences de Thibaud Flament et Emmanuel Meafou, blessés, Tuilagi a lui une chance d'être titulaire samedi prochain en Ecosse. Pour une deuxième plus "festive"?

sdu/bm