XV de France: qui sont Oscar Jégou et Hugo Auradou, arrêtés pour agression sexuelle

Leurs deux noms font les gros titres de la presse argentine depuis leur arrestation pour agression sexuelle et ils feraient sans doute partie des sujets les plus discutés sur les chaînes de télévision en France si l’actualité politique ne dévorait pas tout. Tous deux sacrés champions du monde U20 avec les Bleuets en Afrique du Sud, l’année dernière, les néophytes Oscar Jegou et Hugo Auradou font partie de cette jeune classe dorée du rugby français que Fabien Galthié a embarqué avec lui pour la tournée en Argentine. Dépourvus du moindre complexe pour leur grande première avec un XV de France très remanié et rajeuni, les deux bizuts ont impressionné contre les Pumas argentins (28-13) avec une activité débordante dans le secteur de la conquête, confirmant ce qu’ils avaient démontré avec leur club respectif lors de la saison écoulée.

Oscar Jégou (21 ans), un casier entaché

Champion de France d’ultimate frisbee plus jeune avec l’équipe de l'île de Ré, Oscar Jégou est surtout un jeune et prometteur troisième ligne de rugby, un sport qu’il a découvert et dont il est tombé amoureux sur l’île d’Oléron à l’âge de 5 ans. Natif de la Rochelle, Oscar Jégou a fait toutes ses classes en jaune et noir, des couleurs qu'il a toujours portées depuis sa première licence prise à l’âge de 6 ans. Des Crabos aux Espoirs de son club, le longiligne flanker de La Rochelle a régulièrement porté le brassard de capitaine.

Réputé pour son agressivité en défense et son abattage, Jégou a pris du galon chez les pros, grappillant du temps de jeu avec les doublons cet hiver, lui qui rêvait dès 2023 de pouvoir chatouiller les meilleurs. Le troisième ligne a d'abord apporté sa contribution en début d’année en tant que remplaçant. Puis il a fini par devenir incontournable en capitalisant sur l’absence des titulaires réquisitionnés par Fabien Galthié pour le Tournoi des VI Nations pour démontrer l'étendue de ses qualités au très haut niveau.

Il a ensuite profité des blessures de Grégory Alldritt puis de Paul Boudehent notamment pour consolider ce nouveau statut qu’il n'a plus jamais lâché jusqu’en en demi-finale du Top 14. Jégou était sur la pente ascendante. Mais il avait aussi par le passé emprunté des chemins plus tortueux. Il a en effet été suspendu trois mois par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour avoir consommé de la cocaïne lors d’une pendaison de crémaillère, une sanction finalement réduite à un mois pour bonne conduite.

Hugo Auradou (20 ans), de père en fils

Propulsé capitaine de touche par Fabien Galthié pour sa grande première contre l’Argentine, le deuxième-ligne de la section paloise n’a pas déçu le sélectionneur. Le fils de David Auradou, ancien deuxième ligne international (41 sélections de 1999 à 2004), aujourd’hui entraîneur à Suresnes, excelle dans ce secteur de la touche où il a fini par devenir un précieux atout du club béarnais rejoint en 2020. Originaire de Paris, Hugo Auradou a débuté le rugby à Sarlat, dans le Périgord.

Il y a joué jusqu’à ses treize ans, avant d'intégrer le Stade Montois. Il y est resté quatre saisons avant d’arriver à Pau où il été rapidement promu capitaine des Espoirs. Associé en deuxième ligne à Posolo Tuilagi lors de la Coupe du monde U20 2023, Hugo Auradou était apparu à huit reprises en championnat avec la Section, dont trois comme titulaire, en 2022-2023. Mais c’est bien la saison dernière qu’il a connu une progression fulgurante, avec 22 matches dont 10 comme titulaire, réussissant à s'imposer aux côtés de la légendes des All Blacks, Sam Whitelock. Une grave blessure à la cheville l’a stoppé dans son élan, mettant fin prématurément à sa saison.

Article original publié sur RMC Sport