XV de France: ce que l’on sait des accusations d’agression sexuelle contre Jégou et Auradou

La journal MDZ a révélé lundi soir en Argentine qu’une plainte pour abus sexuel avait été déposée dimanche après-midi par une femme contre deux joueurs du XV de France. L'abus sexuel est défini, dans la loi argentine, comme "une agression sexuelle violente qui menace la liberté sexuelle d'une personne et son droit de choisir l'activité sexuelle qu'elle souhaite pratiquer". Les noms de deux joueurs visés a été révélée par Daniela Charer, procureure en chef des délits contre l'intégrité physique à Buenos Aires, puis par Florian Grill, président de la Fédération française de rugby. Il s’agit du troisième ligne Oscar Jégou (21 ans) et du deuxième ligne Hugo Auradou (20 ans). Selon le journal MDZ, le duo aurait rencontré la plaignante dans un bowling avant de poursuivre la soirée au Diplomatic Hotel de Mendoza, où logeaient les joueurs et le staff des Bleus après leur victoire contre l’Argentine samedi (28-13) en test-match.

C’est là que les faits présumés se seraient déroulés dans la nuit de samedi à dimanche. La plaignante a déposé plainte l’après-midi suivant engendrant l’activation du protocole d’urgence en raison de "la force de son récit" et de la crainte d’un départ des Français du sol argentin avec la tenue d’un match en Uruguay, mercredi. Même si les Bleus doivent revenir en Argentine pour disputer un match contre les Pumas samedi, les autorités ont agi vite pour interpeller et entendre les accusés présumés.

Les examens physiques effectués par le corps médico-légal sur la victime ont fourni des "preuves concluantes". "Il existe de nombreuses preuves génétiques", a déclaré l'avocate de la victime, Natacha Romano. Selon le journal, la victime aurait été abusée sexuellement mais aussi étranglée et frappée. Une source décrit une "situation sauvage, comme celle des animaux, avec beaucoup de violence". Dans sa prise de parole, Florian Grill, président de la Fédération française de rugby (FFR) est d’ailleurs apparu très affecté par la violence des faits reprochés. "Si les faits sont avérés, ils sont incroyablement graves", a-t-il déclaré. "Il faut avoir une pensée pour la jeune femme. C'est à l'inverse de tout ce que le rugby est, de tout ce que le rugby fait, de tout ce que le rugby construit." "Si l'enquête établit les faits reprochés, ils constituent une atrocité sans nom", s’est aussi indignée Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports.

Oscar Jégou et Hugo Auradou ont été interpellés lundi après-midi à Buenos Aires, dans la capitale argentine qu’ils avaient ralliée après leur victoire à Mendoza samedi. "Ils sont a priori dans un commissariat", a confié Florian Grill à L’Equipe. "Une personne de la délégation est allée les voir pour leur apporter à manger. A priori, on va essayer de retourner les voir aussi. Quels que soient les faits, même si la pensée doit aller d'abord à la jeune femme, ce sont des gamins de 20 ans. Il faut aussi s'occuper d'eux mais on doit savoir ce qui s'est passé réellement. On en saura plus avec cette enquête." Ils doivent être désormais transférés "entre mercredi et jeudi" (selon MDZ) à Mendoza, ville où les faits présumés se seraient produits pour que leur soit notifié ce qui leur est reproché.

Selon la presse argentine, ils seront inculpés du délit "d'abus sexuel aggravé par des rapports charnels et par la participation de deux ou plusieurs personnes". Une accusation qui définit un viol dans la loi argentine. Un cabinet d'avocats a été désigné par l'entourage des joueurs pour assurer leur défense et leur communication. L’une des questions qui se pose désormais est de déterminer, au vu des éléments de l’affaire en possession de la justice argentine, si les deux joueurs du XV de France peuvent être extradés en France sous contrôle judiciaire ou si les éléments conduisent à un maintien en détention en Argentine jusqu’au procès.

Nés tous les deux en 2003, Oscar Jégou et Hugo Auradou sont des grands espoirs du rugby français. Ils font partie de la nouvelle génération dorée sacrée championne du monde chez les U20 en 2023. Le duo a été appelé pour la première fois en équipe de France pour cette tournée d’été en Argentine en l’absence des habituels cadres de l’équipe (les "joueurs premium") et des finalistes du Top 14. Titulaires, ils avaient fêté leur première sélection samedi lors de la brillante victoire de ces Bleus new look contre l’Argentine (28-13).

Oscar Jégou (21 ans), troisième ligne, évolue à La Rochelle, club de sa ville natale où il a été formé et lancé en équipe première cette saison (17 matchs, 20 points). Une année marquée par un contrôle positif à la cocaïne après le match de la 1ere journée de Top 14. Le joueur a indiqué avoir consommé le produit lors d’une fête deux jours avant la rencontre et avait été suspendu un mois pour cela. Il avait reconnu une "erreur de jeunesse" et voyait dans sa sélection en Argentine le fruit de ses efforts pour remonter la pente. "Quand ça m'est tombé dessus, j'ai cru que ma carrière était terminée", confiait -il dans L’Equipe la semaine dernière. "Je m'imaginais déjà jouer dans des petits clubs, à bas niveau. Mais rapidement, je me suis ressaisi. J'avais fait une erreur, mais je n'avais pas triché. C'était simplement une connerie de soirée. C'était primordial pour me remettre en question et changer de mentalité. Je me suis remis au travail. Je savais que j'aurais une chance, pas deux."

Hugo Auradou (20 ans) évolue, lui, à Pau depuis 2021 après être passé par le centre de formation de Mont-de-Marsan. Fils de l’ancien international français David Auradou (41 sélections), le deuxième ligne (comme son père) avait effectué ses grands débuts professionnels à 18 ans en Challenge européen en 2021-2022 avant de débuter en Top 14 en décembre 2022. Il s’est imposé comme un titulaire cette saison au sein de la Section malgré une entorse à la cheville qui l’a privé de la fin de saison. Il a finalement été rétabli à temps pour être appelé par Fabien Galthié pour cette tournée en Argentine qui marquait ses premiers pas en Bleus plus de 20 ans après la dernière sélection de son père (en mars 2004 contre l’Angleterre, victoire 24-21).

Article original publié sur RMC Sport