Vivement lundi: les élections européennes

Cette fois-ci, j'ai un peu peur que la teinte choisie par les habitants de l'UE soit plutôt dans les gammes de brun. | Louison
Cette fois-ci, j'ai un peu peur que la teinte choisie par les habitants de l'UE soit plutôt dans les gammes de brun. | Louison

Une des raisons qui explique que je n'ai aucune envie de devenir propriétaire, en dehors du fait qu'avoir trente paires de Birkenstock ne constitue pas un apport suffisant auprès des banques (chelou, mais bon), c'est que rien ne m'ennuierait plus que les assemblées générales de copropriété.

C'est l'idée que je me fais de ces réunions où il faut des heures, voire des cycles lunaires, pour savoir s'il faut récurer les gouttières en mars plutôt qu'en avril (not a metaphor), ou si madame Machin au troisième gauche a le droit d'avoir cet étrange paillasson fantaisie en forme de teckel, ou bien encore si monsieur Bidule au sixième droite peut avoir comme sonnette une version carillon de la «Macarena».

Je ne sais pas si la propriété c'est du vol, comme dirait l'autre, mais en tout cas ça a l'air d'être un bon petit paquet d'emmerdements. Voilà pourquoi je préfère jeter l'argent par les fenêtres, en double vitrage, que je n'ai pas eu à faire faire moi-même.

Sauf que patatras dans mon plan simple et efficace: j'appartiens quand même, contre mon gré, ai-je envie de dire, à une putain de copropriété depuis le jour de ma naissance. Une putain de copropriété, où quand je suis née il n'y avait que dix appartements, alors que maintenant faut en compter vingt-sept, et que c'est même pas le chiffre définitif je suis sûre. V'là le bordel, on a quasiment triplé le groupe de parole, y'a jamais assez de chaises pour tout le monde. Et puis je peux vous dire que pour le nettoyage des gouttières, ou pour le reste d'ailleurs, ça vote dans tous les sens.

Oui, vous l'aurez compris, mon immeuble c'est l'Union européenne. L'UE pour les intimes, même si je me souviens d'une époque où sur la boîte aux lettres principale y'avait écrit «CEE». Puis un des «E» est tombé, personne n'a pensé à le ramasser, puis quelqu'un a gribouillé un «U» au marqueur permanent sur le «C», qui avec le temps s'effaçait un…

Lire la suite sur Slate.fr