De vieux graffitis montrent à quel point les soldats anglais détestaient Napoléon

Le château de Douvres a été réhabilité au XVIIIe siècle et transformé en garnison militaire. | Robert Elsmore via Flickr
Le château de Douvres a été réhabilité au XVIIIe siècle et transformé en garnison militaire. | Robert Elsmore via Flickr

Ces dessins nés de l'ennui sont maintenant devenus une relique historique. Une cinquantaine de graffitis gravés par des soldats britanniques dans une porte du château de Douvres, en Angleterre, viennent d'être retrouvés après avoir passé 234 ans couverts de peinture, rapporte le Guardian.

Ces inscriptions représentent un bateau à voile, une croix stylisée ou encore neuf personnes en train de se faire pendre, chacune ayant été dessinée par des soldats anglais. Trois dates ont également été gravées, laissant peu de doute quant à l'ancienneté de ces graffitis: 1789, 1798 et 1855.

Durant cette période, la France s'est opposée au royaume de Grande-Bretagne deux fois: la première pendant les guerres de la Révolution française (1792-1802), au lendemain de la Révolution française; puis pendant les guerres napoléoniennes (1803-1815), lorsque Napoléon prévoyait d'envahir son ennemi d'outre-Manche. Dans ce contexte, le château de Douvres avait été réhabilité par l'armée anglaise, passant de bâtiment médiéval vieillissant à garnison militaire modernisée.

Une trace d'anonymes

Le contexte n'est pas anodin, puisque l'une des figures pendues pourrait représenter Napoléon. S'il reste à prouver qu'il s'agisse véritablement du dirigeant français, l'individu avait, en tout cas, été bien identifié par les soldats: le chapeau bicorne du mis à mort était un signe distinctif des officiers de l'armée française du XVIIIe siècle. Du reste, les dates concordent, Napoléon ayant été à la tête de la France de 1799 à 1815.

«Ce qui fait de cette porte un objet si extraordinaire, c'est qu'elle constitue un exemple…

Lire la suite sur Slate.fr