Tuer l'amant de sa femme était possible au Texas, à une (petite) condition

Une loi même pas équitable. | Tingey Injury Law Firm via Unsplash
Une loi même pas équitable. | Tingey Injury Law Firm via Unsplash

Les États-Unis sont connus pour la musique country, Hollywood, mais aussi leur fâcheuse tendance à permettre à leurs concitoyens de se balader avec des armes à feu et à avoir la gâchette facile. Le meurtre facile aussi, comme le montre cette loi du Texas, pas si ancienne, qui permettait à un mari de tuer l'amant de sa femme sans craindre la moindre poursuite.

Pour réaliser ce meurtre en toute impunité, il y avait cependant une petite condition. L'homicide était «justifiable» lorsqu'il était commis par le mari, «à condition que le meurtre ait lieu avant que les parties en pleine action ne se séparent», rapporte Indy100. Autrement dit, il fallait prendre l'amant en flagrant délit pour pouvoir l'abattre.

Dans un sens, pas dans l'autre

Cette loi déjà morbide était aussi parfaitement inique. Pourquoi? Parce que dans le cas inverse où le mari était surpris en plein adultère, sa femme n'avait, en revanche, aucun droit de tuer la maîtresse. C'était la prison à coup sûr. Pareil pour l'amant de la femme, à qui il était interdit de tuer le mari trompé. Bref, cette loi n'était même pas équitable.

En 1950, un cas avait particulièrement fait date: celui d'un homme texan qui avait été déclaré non coupable de meurtre après avoir trouvé sa femme au lit avec un autre homme, qu'il avait abattu froidement. Heureusement, la loi a été annulée en 1973 par le Sénat, et n'est aujourd'hui plus d'actualité.

Indy100 nous fait également remarquer que cette loi est loin d'être la seule bizarrerie de la justice américaine. À Little Rock, Arkansas, il est par exemple illégal de klaxonner après 21h devant une sandwicherie ou n'importe quel endroit où des boissons fraîches sont servies. En Géorgie, vous avez besoin d’un permis pour porter une arme à feu, mais toute personne de plus de 21 ans peut en avoir une chez elle. Tout va bien dans le meilleur des mondes!

Lire la suite sur Slate.fr